Cet article date de plus de dix ans.

Vidéo Affaire Cahuzac : Nathalie Kosciusko-Morizet veut "entendre Jean-Marc Ayrault"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Auditions sur l'affaire Cahuzac : entendre Jean-Marc Ayrault est la "seule solution" selon NKM (Francetv info)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

La députée UMP veut que le Premier ministre vienne éclaircir les zones d'ombre devant la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac.

La députée UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la mairie de Paris, s'est prononcée mercredi 24 juillet en faveur de l'audition de Jean-Marc Ayrault devant la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac. Interrogée sur Europe 1, elle estime qu'il s'agit de la "seule solution" pour percer le mensonge "par omission" de l'ex-ministre du Budget ."Face à une personne auditionnée, à Jérôme Cahuzac, qui d'une manière aussi évidente ment au moins par omission, il n'y a plus qu'une solution, c'est d'entendre le Premier ministre", a plaidé l'élue de l'Essonne.

"Avec une grande constance, mais aussi avec une certaine arrogance, Jérôme Cahuzac, après avoir menti éhontément à la représentation nationale quand il était ministre, lui ment aujourd'hui par omission", a-t-elle constaté au lendemain de la deuxième audition du ministre déchu. A cette occasion, Jérôme Cahuzac a assuré ne pas se souvenir d'une réunion, le 16 janvier, avec le président de la République et le Premier ministre, pourtant décrite en détail par le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici.

Une "perte de mémoire" à laquelle Nathalie Kosciusko-Morizet ne peut croire. Jérôme Cahuzac, "quand il était ministre, était connu, reconnu pour savoir faire de longs discours d'une précision chirurgicale, sans note", a rappelé la députée-maire de Longjumeau. "Il ne se souvient pas d'une réunion aussi importante quelques mois après ? Qui est-ce qu'il couvre ?", s'est-elle interrogée. Plusieurs députés de l'opposition, membres de la commission d'enquête, ont eux aussi demandé mardi à entendre Jean-Marc Ayrault, qui assistait selon Pierre Moscovici à la rencontre du 16 janvier à l'Elysée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.