Cet article date de plus de sept ans.

Affaire Cahuzac : les Français sont mécontents mais restent mesurés

53% des Français sont mécontents de la manière dont François Hollande et le gouvernement gèrent l'affaire Cahuzac. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, le ministre chargé des relations avec le Parlement, Alain Vidaliès, et le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, le 2 avril 2013 à l'Assemblée nationale  (Paris). (PIERRE VERDY / AFP)

53% des Français sont mécontents de la manière dont François Hollande et le gouvernement gèrent l'affaire Cahuzac, selon un sondage BVA pour Le Parisien-Aujourd'hui en France et i-Télé publié jeudi 5 avril.

Ils sont par ailleurs 57% à estimer que les aveux de l'ancien ministre du Budget sur la détention d'un compte bancaire à l'étranger dégradent l'image qu'ils ont du gouvernement. 

Ce chiffre est toutefois jugé plutôt plus bas que prévu par les spécialistes. "C'est une majorité, certes, mais c'est finalement assez peu au regard des commentaires apocalyptiques que l'on a entendus depuis 48 heures", souligne Gaël Sliman, directeur général adjoint de BVA.

L'honnêteté moins importante que la compétence

Le signe d'une certaine indulgence ? Pas vraiment, juge Gaël Sliman, qui attribue plutôt ces chiffres au "cynisme de nos concitoyens". "Convaincus que la corruption de la classe politique est 'généralisée', les Français ne font pas de l'honnêteté d'un homme politique une vertu cardinale, explique-t-il. Cette qualité est à leurs yeux deux fois moins importante que la compétence."

Les Français sont en effet 46% à estimer que la compétence est la qualité la plus importante chez une personnalité politique, devant l'honnêteté (23%), la capacité à décider (16%) et le courage (7%).

Sondage  réalisé par internet les 3 et 4 avril auprès d'un échantillon de 986 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.