Cet article date de plus de huit ans.

Affaire Tapie : Montebourg réclame la démission du PDG d'Orange s'il est mis en examen

Stéphane Richard doit être entendu dans l'affaire du règlement du litige entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Stéphane Richard, PDG d'Orange, et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif. ( AFP PHOTO / FAMILLE RODRIGUEZ)

"Si Stéphane Richard est mis en examen, il lui sera difficile de rester", estime Arnaud Montebourg. Le ministre du Redressement productif demande au PDG d'Orange (ex-France Télécom) de démissionner, s'il est mis en examen dans l'affaire de l'arbitrage qui a soldé en 2008 le litige entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais, selon les informations du Monde.fr publiées jeudi 6 juin. "Jérôme Cahuzac a démissionné alors qu'il n'était pas mis en examen. Nous devons tous être exemplaires, ministres et patrons de grandes entreprises publiques", déclare le ministre au Monde.

Stéphane Richard doit être entendu lundi prochain par la brigade financière dans le cadre de l'enquête. A l'époque des faits, le PDG d'Orange (depuis 2009) était directeur de cabinet de Christine Lagarde, alors ministre de l'Economie, qui avait entériné le recours à l'arbitrage. La directrice générale du Fonds monétaire international a été placée récemment sous statut de témoin assisté dans ce dossier.

Contacté par Le Monde, Stéphane Richard déclare avoir obtenu de l'Elysée l'assurance de son maintien à la tête du groupe. "J'ai eu l'assurance de François Hollande que je resterai à mon poste, et aussi celle de David Azéma, le patron de l'Agence des participations de l'Etat. C'est vraiment irresponsable d'agiter ainsi les esprits, au risque de déstabiliser un groupe de 170 000 salariés dans le monde", déclare le PDG.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Tapie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.