Affaire Crédit lyonnais-Adidas : Bernard Tapie condamné à rembourser les 404 millions d'euros obtenus en 2008

Depuis plus de vingt ans, Bernard Tapie estime avoir été trahi par le Crédit lyonnais, son banquier historique, dans la revente d'Adidas.

Bernard Tapie au stade Vélodrome de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 29 septembre 2015.
Bernard Tapie au stade Vélodrome de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 29 septembre 2015. (GERARD JULIEN / AFP)

La cour d'appel de Paris a condamné Bernard Tapie, jeudi 3 décembre. L'homme d'affaires doit rembourser 404 millions d'euros perçus dans son contentieux avec le Crédit lyonnais portant sur la revente d'Adidas. En 2008, un tribunal arbitral privé lui avait accordé 404 millions d'euros. Entachée du soupçon d'escroquerie, cette décision avait été annulée en février par la cour d'appel de Paris.

Bernard Tapie devra en outre rembourser le coût de la procédure d'arbitrage, à hauteur de 300 000 euros.

Tapie disposait des informations sur Adidas, selon la cour

Depuis plus de vingt ans, Bernard Tapie estime avoir été trahi par le Crédit lyonnais, son banquier historique, dans la revente d'Adidas à l'homme d'affaires Robert-Louis Dreyfus. A l'audience au civil, le 29 septembre, l'ancien président de l'OM avait réclamé entre 516 millions et 1,174 milliard d'euros en réparation du préjudice économique et moral qu'il aurait subi lors de l'opération financière, en 1994.

Mais les sociétés de l'établissement bancaire n'ont pas commis les fautes qui leur sont reprochées par Bernard Tapie, estime la cour d'appel de Paris. La justice estime qu'à la date de la vente, en 1994, celui-ci disposait des mêmes informations que la banque sur Adidas.