Cet article date de plus de neuf ans.

Fadettes : l'adjointe du procureur Courroye mise en examen

Marie-Christine Daubigney est soupçonnée d'avoir tenté de découvrir illégalement les sources des journalistes du "Monde" travaillant sur l'affaire Bettencourt. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le procureur de Nanterre, Philippe Courroye. Comme lui, son adjointe, Marie-Christine Daubigney, a été mise en examen le 6 février 2012 dans l'affaire des fadettes du "Monde". (OLIVIER CORSAN / LE PARISIEN / MAXPPP)

Après le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, c'est au tour de son adjointe d'être mise en cause dans l'affaire des fadettes du Monde. Trois semaines après son supérieur, Marie-Christine Daubigney a été mise en examen lundi 6 février pour "collecte illicite de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal et illicite" et "violation du secret des correspondances", a confirmé mardi son avocat, Olivier Baratelli, confirmant une information d'Europe 1.

Les deux magistrats sont soupçonnés d'avoir tenté de découvrir illégalement en 2010 les sources des journalistes du quotidien travaillant sur l'affaire Bettencourt, notamment en réquisitionnant leurs factures téléphoniques détaillées ("fadettes"). Tout comme Philippe Courroye, Marie-Christine Daubigney nie avoir demandé à connaître le contenu des SMS des journalistes.

Olivier Baratelli a annoncé qu'il avait déposé une requête en nullité devant la chambre de l'instruction. Le procureur Courroye conteste également la valité de l'enquête conduite par les juges Sylvia Zimmermann et Alain Nguyen The, sur les mêmes fondements que son adjointe. "La procédure est nulle car Le Monde a déposé plainte avant que la Cour de cassation n'annule la réquisition des fadettes" des journalistes, a dit l'avocat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.