L'ancienne comptable de Liliane Bettencourt a été auditionnée mardi par les enquêteurs de la brigade financière

Selon l'avocat de Claire Thibout, Me Antoine Gillot, les policiers voulaient à nouveau l'entendre "sur les 4000.000 euros d'indemnités que lui a versés Françoise Bettencourt-Meyers" lors de son départ de son poste.D'autre part, selon le site du Point, Eric Woerth, ministre du Travail, pourrait être à nouveau être entendu par le juge Courroye.

Des CRS devant le siège de la brigade financière, rue du Chateau des rentiers à Paris, le 8 juillet 2010
Des CRS devant le siège de la brigade financière, rue du Chateau des rentiers à Paris, le 8 juillet 2010

Selon l'avocat de Claire Thibout, Me Antoine Gillot, les policiers voulaient à nouveau l'entendre "sur les 4000.000 euros d'indemnités que lui a versés Françoise Bettencourt-Meyers" lors de son départ de son poste.

D'autre part, selon le site du Point, Eric Woerth, ministre du Travail, pourrait être à nouveau être entendu par le juge Courroye.

L'audition, qui a duré plusieurs heures, s'est déroulée dans le cadre de l'enquête préliminaire pour "atteinte à la vie privée" ouverte après la découverte d'enregistrements clandestins de conversations entre Liliane Bettencourt et son entourage, a précisé le parquet. Claire Thibout est à l'origine des accusations de financement politique illégal portées contre le ministre du Travail Eric Woerth.

Selon Me Gillot, la somme, recue par sa cliente "résulte d'une lettre d'engagement de Mme Meyers-Bettencourt (fille de la milliardaire, ndlr) datant de juillet 2007, avant même qu'elle ait commencé toute procédure judiciaire" pour un abus de faiblesse de sa mère. Claire Thibout "s'est déjà exprimée à plusieurs reprises sur ce point. Elle ne comprend pas pourquoi on l'interroge à nouveau", a-t-il ajouté.

Pour sa part, l'avocat de Mme Bettencourt-Meyers, Me Olivier Metzner avait précisé à l'AFP qu'il s'agissait de respecter les "dernières volontés d'André Bettencourt", mort en novembre 2007, au cas où Claire Thibout perdrait son travail.

Depuis la publication mi-juin des enregistrements clandestins, le parquet de Nanterre cherche à déterminer si d'ex-employés de la milliardaire ont prêté leur concours à l'action judiciaire initiée par sa fille.

D'autres auditions sont prévues
Alors que quatre enquêtes ont déja été ouvertes par le parquet de Nanterre, une source proche du dossier indique que d'autres auditions et retours d'expertises sont attendus dans les prochaines semaines. Selon le Point.fr, le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, compte demander prochainement une nouvelle autorisation au Conseil des ministres en vue d'une nouvelle audition d'Eric Woerth, déjà entendu le 29 juillet. Selon la même source, le procureur aimerait l'interroger sur ses relations avec Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt.