Cet article date de plus de dix ans.

Bettencourt, hippodrome de Compiègne, Tapie… Les casseroles d'Eric Woerth

L'ancien ministre UMP est poursuivi pour "trafic d'influence" dans une affaire et soupçonné de "prise illégale d'intérêts" dans une autre.

Article rédigé par Bastien Hugues
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Le député et ancien ministre UMP Eric Woerth, le 25 juin 2013 à l'Assemblée nationale. ( MAXPPP)

Eric Woerth comparaîtra bel et bien devant un tribunal. Le député-maire UMP de Chantilly (Oise) a appris, jeudi 4 juillet, qu'il sera bientôt jugé pour "trafic d'influence" dans l'affaire Bettencourt. Une affaire parmi d'autres, pour celui qui a été ministre du Budget puis du Travail de 2007 à 2010.

L'affaire Bettencourt

Que lui est-il reproché ? Depuis le 16 juin 2010 et les premières révélations du site Mediapart, Eric Woerth est notamment soupçonné d'avoir reçu de l'argent en liquide de la part de Liliane Bettencourt, pour le financement en 2007 de la campagne de Nicolas Sarkozy, dont il était le trésorier. Des accusations que l'ancien ministre a toujours démenties.

Or, en janvier 2008, le gestionnaire de fortune de la milliardaire, Patrice de Maistre, a reçu la Légion d'honneur à la demande d'Eric Woerth. Et quelques semaines plus tôt, son épouse, Florence Woerth, avait été embauchée par Patrice de Maistre au sein de la société Clymène, chargée de gérer la fortune de l'héritière de L'Oréal.

Dans un enregistrement réalisé en avril 2010 à l'insu de Liliane Bettencourt, le même Patrice de Maistre disait à la vieille dame avoir embauché Florence Woerth à la demande de son époux.

Où en est la procédure ? Alors qu'en mai 2013, le parquet a estimé que le lien entre les deux événements n'était pas prouvé, les juges en charge de ce dossier tentaculaire ne sont pas de cet avis. Jeudi 4 juillet, ils ont décidé de renvoyer Eric Woerth et Patrice de Maistre devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour "trafic d'influence". La date du procès n'est pas encore connue.

Dans cette affaire, Eric Woerth pourrait, tout comme Nicolas Sarkozy, être également poursuivi pour "abus de faiblesse". Une expertise médico-légale avait en effet conclu en 2011 que Liliane Bettencourt était en état de vulnérabilité depuis 2006. S'ils estiment que Nicolas Sarkozy et Eric Woerth en ont profité pour obtenir de l'argent afin de financer la campagne de 2007, les juges devraient les renvoyer devant un tribunal. Mais les avocats de la défense contestent un certain nombre de points dans la procédure. La cour d'appel de Bordeaux rendra sa décision le 24 septembre. 

L'affaire de l'hippodrome de Compiègne

Que lui est-il reproché ? Depuis 2010, Eric Woerth est également soupçonné d'avoir bradé pour 2,5 millions d'euros trois parcelles forestières de 57 hectares – et appartenant à l'Etat – à la Société des courses de Compiègne (Oise).

Cette cession, qu'Eric Woerth a chapeautée en tant que ministre du Budget, aurait été faite de gré à gré, empêchant toute mise en concurrence. L'opération n'avait pas non plus été approuvée par le Parlement, alors qu'il s'agissait d'une forêt domaniale. 

Où en est la procédure ? Un syndicat forestier avait demandé l'annulation de la vente, mais celle-ci a été rejetée, le 7 juin 2013, par le tribunal administratif de Paris, au motif que le syndicat en question ne présentait pas "un intérêt suffisant" pour contester la vente. En revanche, le tribunal a bien souligné qu'il ne se prononçait pas sur le fond de l'affaire.

A la suite d'une plainte de sept députés socialistes, qui dénonçaient une procédure "bricolée", la Cour de justice de la République (CJR) a ouvert une enquête en janvier 2011 pour "prise illégale d'intérêts" visant Eric Woerth. L'ancien ministre bénéficie du statut de témoin assisté dans ce dossier. Pour l'instant, l'enquête de la CJR suit son cours, tout comme celle instruite par le pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, dans le volet non ministériel de l'affaire.

L'affaire Tapie

Que lui est-il reproché ? Le nom d'Eric Woerth est également cité dans l'affaire Tapie. Selon un article publié par Mediapart le 28 juin 2013, les enquêteurs auraient mis la main sur un courrier adressé en avril 2009 par Eric Woerth aux avocats de Bernard Tapie. Dans cette lettre, le ministre du Budget de l'époque détaille le traitement fiscal qui sera appliqué aux 403 millions d'euros obtenus par l'homme d'affaires grâce au fameux arbitrage, aujourd'hui contesté.

Selon Mediapart, l'existence de cette lettre prouve que le dossier fiscal de Bernard Tapie n'a pas été géré comme de coutume par Bercy, mais par Eric Woerth lui-même et son cabinet. Et l'ex-ministre aurait été, toujours selon Mediapart, très généreux avec Bernard Tapie : ce dernier ne se serait en effet vu réclamer que 12 millions d'euros d'impôts,"alors que d'autres modes de calcul auraient pu déboucher sur la somme de 120 millions d'euros".

Où en est la procédure ? Formellement, aucune procédure judiciaire ne vise Eric Woerth dans cette affaire pour le moment. Une affaire dans laquelle plusieurs personnes ont été mises en examen pour "escroquerie en bande organisée", parmi lesquelles Bernard Tapie et Stéphane Richard, ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde lorsqu'elle était ministre de l'Economie. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.