"N'oubliez pas de dire que c'est le meilleur maire du monde" : Patrick Balkany toujours aussi populaire à Levallois-Perret

Ses ennuis judiciaires ne tracassent pas ses administrés, dont certains sont d'ailleurs près à revoter pour lui en 2022.

Patrick Balkany lors de sa visite de la \"Fête de l\'été\" de Levallois-Perret, samedi 22 juin 2019.
Patrick Balkany lors de sa visite de la "Fête de l'été" de Levallois-Perret, samedi 22 juin 2019. (TIMOUR OZTURK / RADIO FRANCE)

Les affaires et les cinq semaines d'un procès pour fraude fiscale, corruption et blanchiment ne semblent pas avoir entaché la popularité de Patrick Balkany dans sa commune. Cela s'est confirmé une fois de plus samedi 22 juin, alors que le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) visitait la "Fête de l'été", organisée par la commune dans un parc de la ville.

Notre maire reste notre maire, le reste ne nous intéresse pasUn habitant de Levalloisà franceinfo

Entre les attractions pour enfants et les marchands de glaces, les gens faisaient la queue pour approcher le maire. Ils souhaitaient lui serrer la main ou encore prendre une photo avec lui, en lui assurant au passage tout leur soutien. "C'est un intouchable pour nous Monsieur le maire", confie un habitant de la commune. Une riveraine enchaîne en demandant de ne pas oublier "de dire que c'est le meilleur maire du monde".

Des inquiétudes parmi ses soutiens

Quid du procès en correctionnelle des affaires dans lesquelles l'élu est empêtré ? "Justement, quand il y a un problème, on est tous derrière celui qui ne va pas bien", lâche Laurence Bourdet-Mathis. L'adjointe aux sports à la mairie de Levallois explique qu'"en ce moment, on est derrière [le] maire parce que c'est la figure paternelle de la commune, on en a besoin."

Ils sont plus inquiets que moiPatrick Balkanyà franceinfo

Dans cette affaire, le principal intéressé, lui, se veut rassurant : "Bien sûr qu'ils sont inquiets, ils n'ont pas envie que je parte." D'autres habitants, comme Paulette, admettent bien que le maire a peut-être quelques comptes à rendre. "S'il doit payer des choses qu'il a faites, bon ... Après moi je ne sais pas ce qu'il a fait de pas bien", avoue cette riveraine. Mais quel que soit la décision de la justice cet automne, elle votera, encore et toujours pour Patrick Balkany.

Le parquet national financier (PNF) a requis sept ans de prison ferme contre Patrick Balkany, son incarcération immédiate, dix ans d'inéligibilité et la confiscation de tous ses biens.