La justice saisit une troisième villa, propriété présumée des Balkany

Le maire de Levallois-Perret et sa femme nient être les propriétaires de ce riad marocain, mais la justice veut empêcher une éventuelle vente, rapporte "Libération".

Le député-maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, et son épouse Isabelle posent avec des membres de la police municipale de la ville, le 7 mai 2015.
Le député-maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, et son épouse Isabelle posent avec des membres de la police municipale de la ville, le 7 mai 2015. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le couple Balkany a déjà perdu son moulin de Giverny (Eure), saisi, et sa villa de Saint-Martin (Antilles), mise en vente. La justice a également ordonné la saisie du riad "Dar Gyucy" à Marrakech (Maroc), dont Isabelle et Patrick Balkany nient être propriétaires, rapporte Libération, jeudi 13 août. L'opération vise à geler toute opération concernant le bien, notamment empêcher une éventuelle vente, précise le journal.

Une villa acquise via des montages financiers

En théorie, selon Libération, il est quasiment impossible d'identifier le véritable propriétaire de la villa, en raison des montages financiers qui ont permis son acquisition. Les enquêteurs soupçonnent le couple Balkany d'avoir acheté ce bien en se dissimulant derrière des sociétés off-shore et d'avoir utilisé comme prête-nom l'un de leurs proches, Jean-Pierre Aubry, ancien directeur général de la société d'économie mixte d'aménagement de Levallois, la Semarelp.

En plus de ces saisies, le député-maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) a vu son immunité parlementaire levée tandis que son épouse s'est vu imposer une caution d'un million d'euros afin de ne pas être placée en détention. Patrick et Isabelle Balkany sont poursuivis pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de corruption".