Cet article date de plus de huit ans.

Infographie De Cahuzac à Morelle, le tableau de chasse de Mediapart

Avec la démission du conseiller politique du président, le site d'investigation peut se prévaloir d'avoir fait tomber une nouvelle tête politique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Mediapart a beau se défendre de vouloir "tuer" quiconque, le site internet d'investigation peut se vanter d'avoir fait tomber une nouvelle tête politique. Vingt-quatre heures seulement après la publication d'une enquête l'accusant de conflit d'intérêts, vendredi 18 avril, Aquilino Morelle, proche conseiller de François Hollande à l'Elysée, a été contraint de démissionner à la suite des révélations le concernant.

Cahuzac, Tapie, Karachi, Bettencourt, Libye... Depuis sa création en 2008, Mediapart s'est, à coups de scoops et de révélations, forgé l'image d'un pourfendeur anticorruption de la droite comme de la gauche, malgré les critiques des politiques et d'une partie de la presse. L'annonce de la démission d'Aquilino Morelle, vendredi, vient conforter la réputation de ce média, vilipendé pendant la présidence de Nicolas Sarkozy pour sa proximité supposée avec la gauche, et qui a toujours défendu son image de contrepouvoir indépendant.

(Passez votre souris sur les puces placées sous les portraits pour obtenir plus de détails sur chaque cas.)

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Aquilino Morelle

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.