Cet article date de plus d'onze ans.

A la Réunion, Nicolas Sarkozy dévoile son plan contre le chômage des jeunes

Suppression de charges sociales, concurrence accrue dans la distribution, recherche de nouvelles sources d'approvisionnement en carburants : Nicolas Sarkozy a présenté aujourd'hui à la Réunion les mesures qu'il propose pour l'Outre-mer. Il a aussi promis de soutenir l'économie et la jeunesse réunionnaise dans leur développement.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Franceinfo (Franceinfo)

"Une des mes premières décisions, si les Français me reconduisent, sera de supprimer toute charge sociale " pour les entreprises recrutant un jeune de moins de 25 ans, a annoncé le président candidat UMP devant environ 10.000 personnes à Saint-Pierre, dans le sud de l'île.
Tout emploi créé sera également exonéré de la totalité des charges sociales dans les secteurs prioritaires définis pour chaque Département d'Outre-mer (DOM) par la loi d'orientation pour le développement de l'Outre-mer, votée en 2009.
Pour Nicolas Sarkozy, il s'agira "d'un geste sans précédent ", qui devrait coûter "140 millions d'euros par an " à l'Etat pour l'ensemble des DOM.

Si le chômage, qui touche près de 30% de la population active et 60% des jeunes à la Réunion, est la première préoccupation locale, le président-candidat a également proposé des mesures pour lutter contre la vie chère dans les îles.
Il propose de confier à l'Autorité de la concurrence une enquête sur les marges de la grande distribution et d'obliger cette dernière à les revoir si elles sont trop élevées.
Si elles ne le font pas, "nous ferons obligation à ceux qui sont en situation de monopole de céder certains de leurs magasins ", a-t-il dit lors de cette courte visite.
    
Dans le domaine des carburants, il suggère de rechercher des sources d'approvisionnement moins chères et plus proches des
DOM, quitte à demander des dérogations aux normes européennes.
Nicolas Sarkozy a d'autre part affirmé sa volonté de favoriser le recrutement local dans la fonction publique ou l'accès au crédit pour les très petites entreprises, consacrant finalement peu de temps à attaquer François Hollande, qui l'avait précédé de quatre jours à la Réunion.

A la fin de son discours d'une quarantaine de minutes, Nicolas Sarkozy a répété l'ambition éducative qu'il souhaitait avoir pour son prochain quinquennat. "Je veux engager un programme sans précédent pour tous les enfants" -100.000 sur 750.000 arrivant chaque année- qui en ont besoin, a-t-il décrété. Je vais me fixer une ambition immense: on va s'occuper d'eux de façon originale et personnalisée. Chaque maire aura un crédit de 2.000 euros par enfant, pour réunir les spécialistes autour de l'enfant quand la famille n'arrive pas à sortir la tête de l'eau de leur enfant ."

Reprenant à son compte l'ambition de Jules Ferry, il a martelé que chaque enfant devait savoir lire, écrire et compter avant d'entrer au collège. "Ça coûte plus cher de les laisser se noyer et dériver" , a-t-il ajouté, car c'est eux que l'on retrouve plus tard dans des villes à casser. Car à force, ils ont fini par se perdre dans la République ."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.