Cet article date de plus de huit ans.

A gauche du PS, appel à un grand défilé contre l'austérité

Le Front de gauche, le Nouveau parti anticapitaliste ainsi que plusieurs associations et syndicats appellent à une grande manifestation ce samedi à Paris, "contre l'austérité, pour l'égalité et le partage des richesses". Les organisateurs attendent beaucoup de monde ; des manifestants qui viendront notamment crier leur mécontentement face à la politique menée par le gouvernement socialiste.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

"Je veux dire que je n'ai pas d'adversaires à gauche "... Cette phrase, prononcée mardi par le Premier ministre Manuel Valls lors de son discours de politique générale, va particulièrement résonner ce samedi dans les rues de Paris. Car la manifestation convoquée par le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), ralliée par le Front de gauche et le Parti communiste, fera certainement la part belle à la critique d'un gouvernement jugé pas assez, justement, à gauche.

Dans les rues de la capitale, Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot, les figures les plus médiatiques, auront à leurs côtés des centaines de personnalités ayant signé l'appel à manifester intitulé : "Maintenant ça suffit ! Marchons contre l'austérité pour l'égalité et le partage des richesses". Parmi ces personnalités de la société civile, les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot, le plasticien Ernest Pignon-Ernest, Mgr Jacques Gaillot... Mais aussi des associations par dizaines, des représentants de syndicats - dont certaines fédérations locales de la CGT, contre l'avis national - et des hommes et femmes politiques.

Les écologistes divisés

Chez Europe Ecologie-Les Verts, qui a refusé de participer au nouveau gouvernement, on a décidé de refuser l'invitation. Mais des personnalités du parti seront certainement bien présentes dans la manifestaion. Plusieurs cadres ont même lancé un appel, parlant d'une "présence dans la rue [...] cohérente avec la décision d'EELV de ne pas participer au gouvernement de Manuel Valls".

Il faut dire que le mot d'ordre anti-austérité a été largement détourné ces derniers jours avec le changement de Premier ministre. Manuel Valls, représentant de l'aile droite du Parti socialiste, cristallise la colère et les inquiétudes de la gauche. 

Enfin, un symbole. Après avoir lancé la campagne européenne du Front de gauche vendredi soir, Alexis Tsipras, leader de Syriza, le principal parti d'opposition grec, et candidat à la présidence de la Commission européenne, sera en tête de cortège. La lutte contre les politiques d'austérité résumée dans une personnalité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.