57% des Français n'ont pas jugé Nicolas Sarkozy convaincant lundi soir sur France 2, selon un sondage CSA

Le président de la République, interrogé en pleine tourmente de l'affaire Woerth-Bettencourt, n'a convaincu que 32% des personnes sondées dans le cadre de cette enquête publiée dans Le Parisien/Aujourd'hui en France mercredi. 11% ne se prononcent pas.Selon un sondage Ifop paru dans le Figaro, 44% des sondés ont été convaincus.

Nicolas Sarkozy interrogé par David Pujadas sur France 2, en direct de l\'Elysée, lundi 12 juillet 2010.
Nicolas Sarkozy interrogé par David Pujadas sur France 2, en direct de l'Elysée, lundi 12 juillet 2010. (F2)

Le président de la République, interrogé en pleine tourmente de l'affaire Woerth-Bettencourt, n'a convaincu que 32% des personnes sondées dans le cadre de cette enquête publiée dans Le Parisien/Aujourd'hui en France mercredi. 11% ne se prononcent pas.

Selon un sondage Ifop paru dans le Figaro, 44% des sondés ont été convaincus.

Pour CSA, sur les trois grands sujets abordés au cours de l'émission, Nicolas Sarkozy n'a pas été jugé convaincant sur la réforme des retraites (53% contre 37% qui l'ont trouvé convaincant), ni sur la réduction des déficits (55% contre 29%) et encore moins à propos de l'affaire Woerth-Bettencourt (62% contre 23%).

Nicolas Sarkozy n'a convaincu que son camp politique, à savoir 82% des sympathisants de droite, contre 11% seulement des sympathisants de gauche.

(Sondage réalisé par téléphone le 13 juillet auprès d'un échantillon représentatif de 876 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas)

Selon le sondage de l'Ifop, le chef de l'Etat fait un peu mieux: 44% des personnes interrogées ont trouvé Nicolas Sarkozy convaincant et sur la réforme des retraites, il emporte une courte adhésion (52% contre 48%).

En revanche les non-convaincus sont majoritaires quand Nicolas Sarkozy parle de la dépendance (53%), du train de vie de l'Etat (59%), de la réduction des déficits (60%), de l'affaire Bettencourt (60%), de la lutte contre la délinquance (60%) et de la lutte contre le chômage (70%).

(Sondage réalisé le 13 juillet auprès d'un échantillon représentatif de 918 personnes selon la méthode des quotas)