Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo anti-islam : manifestations au Liban et dans le reste du monde musulman

Les manifestations continuent aujourd'hui dans le monde musulman pour protester contre la vidéo "L'innocence des musulmans". Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé aujourd'hui au Liban, à l'appel du Hezbollah. Son chef, Hassan Nasrallah, est apparu en public aux côtés de ses partisans à Beyrouth. Les violences ont fait deux morts au Pakistan, les États-Unis ont décidé d'évacuer leurs ressortissants en Tunisie et de fermer demain leur ambassade à Bangkok.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
 (Stringer . Reuters)

Une vingtaine de pays sont le théâtre de
manifestations. Des rassemblements
pour protester contre un film jugé islamophobe, produit aux Etats-Unis.
La
sécurité a été renforcée autour des intérêts américains. Les violences
ont fait
pour le moment 18 morts dans le monde dont l'ambassadeur américain et
trois autres
membres du corps diplomatique américain en Libye.

Liban : manifestations à l'appel du Hezbollah

Au lendemain d'une visite de trois jours du pape Benoit XVI, des
manifestations ont lieu aujourd'hui au Liban. Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées cet après-midi dans la banlieue sud de Beyrouth. Un rassemblement à l'appel
du Hezbollah. "Amérique, grand Satan, Israël, ennemi des musulmans" , scandent
les milliers d'hommes, femmes et enfants dans les rues de Rweiss, un
quartier de la banlieue sud de la capitale libanaise. La manifestation est restée pacifique. Fait rarissime, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah chiite libanais, s'est montré en public.

Cibles d'attaques et rendez-vous des manifestations, les consulats
et ambassades américaines sont placés sous surveillance accrue partout
dans le
monde. Des bâtiments officiels mais pas seulement. Au Liban par exemple,
l'ensemble
des établissements américains sont protégés par les services de
sécurité. Il y
a trois jours, des islamistes ont incendié un fast-food américain dans
le nord
du pays. Les Etats-Unis ont déconseillé à leurs ressortissants de se rendre au Liban et a suspendu les autorisations pour les étudiants américains souhaitant aller étudier dans ce pays.

Une centaine d'Américains évacués en Tunisie

En Tunisie, une centaine de ressortissants américains ont été
évacués de Tunis après l'attaque vendredi de l'ambassade des Etats-Unis.
Une
centaine d'américains, des fonctionnaires et des résidents ont quitté
Tunis à
bord d'un avion de Tunisair. Deux jours après l'attaque de l'ambassade,
les employés ont repris leur poste aujourd'hui, mais le bâtiment reste
fermé au public. Le gouvernement tunisien, dirigé par la parti islamiste
Ennahda, n'a pas encore réagi à cette évacuation, une première dans
l'histoire diplomatique tunisienne. Le ministre tunisien du Tourisme, Elyes Fakhfakh, issu du parti de centre-gauche Ettakatol, déplore aujourd'hui la gestion "calamiteuse" par les autorités tunisiennes de l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis, tout en jugeant excessive la décision de Washington d'évacuer ses personnels non essentiels.

Thaïlande : fermeture mardi
de l'ambassade américaine

Une manifestation doit se dérouler
demain en Thaïlande. Elle
pourrait réunir plusieurs centaines de personnes qui ont décidé de se
rassembler devant l'ambassade américaine. Par mesure de précautions, les
Etats-Unis ont donc décidé de fermer leur ambassade à Bangkok. Le
consulat sera fermé à la mi-journée et les personnels non
essentiels seront renvoyés chez eux.

D'autre part, l'ambassade du Japon, située à proximité, a indiqué que
sa
fermeture était envisagée, mais celle des Pays-Bas, qui dispose d'une
autre
entrée, restera ouverte. La Thaïlande compte 1,2 million de musulmans,
soit environ 4% de
la population.

Deux morts au Pakistan

Au Pakistan aussi, les heurts continuent pour protester contre ce
film amateur dénigrant l'islam. Deux manifestants sont morts à la suite
de
manifestations violentes. Une personne a été tuée et deux autres
blessées lors d'un échange
de tirs entre la police et des manifestants dans la ville de Warai, au
nord
ouest du pays.

D'autre part, les autorités ont confirmé le décès
d'un manifestant
grièvement blessé dimanche lors de violences à Karachi, la capitale
économique
du pays. La présence policière a été renforcée devant le consulat
américain
de Karachi. Le Pakistan a bloqué lundi l'accès au
site Youtube sur lequel est diffusé le film anti-islam.

Premières violences en Indonésie et en Afghanistan

Certains pays découvrent aujourd'hui les premières violences
comme l'Afghanistan ou l'Indonésie. Des manifestations avaient déjà eu
lieu à Djakarta, la capitale indonésienne,
mais elles
étaient
restées jusque là pacifiques. Aujourd'hui, des affrontements entre
policiers et
plusieurs centaines de manifestants protestant contre le film anti-islam
"Innocence of Muslims" ont fait 12 blessés, dont 11
policiers, devant
l'ambassade
américaine.

Le
rassemblement se
tenait à l'appel du Front des défenseurs de l'islam et du Forum
populaire
islamique.

En Afghanistan, la mobilisation a mis du temps à se radicaliser dans
le
pays, où les insultes proférées contre l'islam sont généralement prises
très au
sérieux. Les multiples appels au calme des autorités politiques et
religieuses
ont vraisemblablement permis de stabiliser une situation potentiellement
explosive. Mais ce matin, plusieurs centaines de personnes ont brûlé des
véhicules
et jeté des pierres devant une base militaire américaine de Kaboul, la
capitale
afghane. Une vingtaine de policiers ont été légèrement blessés. 

Yemen : manifestations d'étudiants à Sanaa

Des centaines d'étudiants ont appelé à expulser l'ambassadeur des
Etats-Unis et boycotter les produits américains, lors d'une
manifestation aujourd'hui
à l'Université de Sanaa. La manifestation s'est terminée sans violence
contrairement à
celle de jeudi au cours de laquelle quatre personnes ont
trouvé la mort en
tentant de prendre d'assaut l'ambassade des Etats-Unis dans la capitale
yéménite.

Une trentaine de manifestants en Azerbaïdjan

Une trentaine de personnes ont été interpellés aujourd'hui près de l'ambassade américaine à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, lors d'un rassemblement non autorisé.
Plus d'une centaine de militants musulmans se sont dirigés vers l'ambassade et ont tenté de franchir le mur d'enceinte du bâtiment. Ils ont été repoussés par la police. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.