Venezuela : le président ordonne la saisie des usines "paralysées par la bourgeoisie"

Nicolas Maduro a également ordonné l'emprisonnement des entrepreneurs accusés de "saboter le pays".

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, le 14 mai 2016 à Caracas.
Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, le 14 mai 2016 à Caracas. (REUTERS)

"Usine arrêtée, usine remise au peuple !". Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a ordonné samedi 14 mai la saisie des usines "paralysées par la bourgeoisie" et l'emprisonnement des entrepreneurs accusés de "saboter le pays". Deux mesures rendues possible par l'état d'exception, décrété la veille.

"Dans le cadre de ce décret en vigueur (...), nous prenons toutes les mesures pour récupérer l'appareil productif qui est paralysé par la bourgeoisie (...) Quiconque veut arrêter (la production) pour saboter le pays devrait partir et ceux qui le font doivent être menottés et envoyés à la PGV (Prison générale du Venezuela)", a-t-il déclaré devant des milliers de ses partisans dans le centre de Caracas.

L'opposition redoute une "explosion" du pays

Nicolas Maduro a par ailleurs annoncé avoir ordonné pour le 21 mai "des exercices militaires nationaux des Forces armées, du peuple et de la milice pour nous préparer à n'importe quel scénario" envisageable. L'opposition a de son côté averti samedi du risque d'"explosion" au Venezuela si elle ne parvenait pas à organiser un référendum pour révoquer le chef d l'Etat.

Le Venezuela, dont les réserves de pétrole sont les plus importantes du monde, est touché de plein fouet par la chute des cours du brut, dont il tire 96% de ses devises. Il a enregistré en 2015 une hausse des prix de 180,9% et un recul du PIB (de 5,7%), pour la deuxième année consécutive. S'ajoutant à l'effondrement économique, il est en proie à un bras de fer entre un gouvernement chaviste (du nom du défunt président Hugo Chavez, 1999-2013) et un Parlement aux mains de l'opposition.