Venezuela : le bras de fer se poursuit entre Guaido et Maduro

Emmanuel Macron a reconnu lundi 4 février l'opposant Juan Guaido comme "président en charge" du Venezuela. La France prend position, à l'instar d'autres pays européens.

France 2

Plus que jamais, le Venezuela se divise. Aujourd'hui, la population peine à survivre, à l'image des habitants de Petare. Ce quartier de Caracas détient le record du plus grand nombre d'homicides de la capitale. C'est aussi le fief historique des révolutionnaires, d'Hugo Chavez à son successeur Nicolas Maduro, l'actuel président. Asphyxiés par les pénuries, l'hyperinflation et le chômage, ils sont de plus en plus nombreux à rejoindre l'opposition.

Une cohabitation toute nouvelle

"Maduro ne comprend plus la situation", confie une habitante de Petare. "On a l'impression qu'il ne vit pas avec le peuple. Il vit dans son monde". Dans ce quartier, les plus anciens voient bien que les choses changent. Aujourd'hui, les chavistes purs et durs côtoient ceux qui ont soif de changement. Une cohabitation toute nouvelle s'est installée. "Il ne faut pas mélanger l'amitié et la politique", estime un autre habitant. Tous ont bien conscience qu'en ce moment, c'est l'avenir du Venezuela qui se joue. Après l'autoproclamation comme président par intérim de l'opposant Juan Guaido, le 23 janvier dernier, la France vient de reconnaitre ce dernier comme "président en charge" du Venezuela.

Le JT
Les autres sujets du JT
Juan Guaido, président du Parlement du Venezuela, lors d\'un discours devant les oppoants à Nicolas Maduro, à Caracas, le 26 janvier 2019.
Juan Guaido, président du Parlement du Venezuela, lors d'un discours devant les oppoants à Nicolas Maduro, à Caracas, le 26 janvier 2019. (FEDERICO PARRA / AFP)