La menace d'un complot américain brandie au Venezuela

Le président par intérim, Nicolas Maduro, affirme que des responsables américains projettent de faire assassiner le chef de l'opposition pour créer le "chaos".

Le président par intérim du Venezuela, Nicolas Maduro (poing levé), le 15 mars 2013 à Caracas, lors de l\'ultime procession du corps de Hugo Chavez.
Le président par intérim du Venezuela, Nicolas Maduro (poing levé), le 15 mars 2013 à Caracas, lors de l'ultime procession du corps de Hugo Chavez. (LEO RAMIREZ / AFP)

Les théories du complot vont bon train au Venezuela, depuis la mort de Hugo Chavez, le 5 mars. Mardi 12 mars, le gouvernement a expliqué qu'il soupçonnait un empoisonnement du Comandante. Dimanche 17 mars, le président par intérim, Nicolas Maduro, a affirmé que des responsables américains projetaient de faire assassiner le chef de l'opposition vénézuélienne. Et il a appelé le président Barack Obama à bloquer ce complot supposé.

Dans un entretien à la chaîne de télévision privée Televen, Nicolas Maduro a déclaré : "Roger Noriega, Otto Reich, des fonctionnaires du Pentagone et la CIA, sont derrière un projet d'assassinat du candidat de la droite vénézuélienne", en référence au leader de l'opposition, Henrique Capriles. Selon le président par intérim, l'objectif du projet est de "faire porter la responsabilité [d'un éventuel assassinat] sur le gouvernement" et "de créer le chaos au Venezuela", à un mois de l'élection présidentielle, prévue le 14 avril et à laquelle Henrique Capriles et lui sont candidats. 

Le gouvernement vénézuélien a l'habitude de qualifier d'ennemis Roger Noriega, ancien ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Organisation des Etats américains (OEA), et Otto Reich, sous-secrétaire d'Etat américain et ancien ambassadeur à Caracas. Il les accuse de chercher à déstabiliser le pays, qui possède les plus grandes réserves de pétrole brut de la planète.