L'Equateur expulse l'ambassadrice du Venezuela en représailles à des "insultes" envers son président

Le ministre vénézuélien de la Communication et de l'Information, Jorge Rodriguez, a qualifié le président équatorien Lenin Moreno d'être un "menteur" au sujet des réfugiés vénézuéliens accueillis dans son pays.

Le ministre de la Communication vénézuélien Jorge Rodriguez lors d\'une conférence de presse, le 17 octobre 2018 à Caracas (Venezuela).
Le ministre de la Communication vénézuélien Jorge Rodriguez lors d'une conférence de presse, le 17 octobre 2018 à Caracas (Venezuela). (RONALDO SCHEMIDT / AFP)

L'Equateur a expulsé (en espagnol) l'ambassadrice du Venezuela, Carol Delgado, après des propos jugés "insultants" du ministre vénézuélien de la Communication et de l'Information, Jorge Rodriguez. Ce dernier a accusé le président équatorien, Lenin Moreno, d'avoir menti devant l'Assemblée générale de l'ONU quant au nombre de Vénézuéliens entrés en Equateur après avoir fui leur pays.

"J'ai écouté un président de ce continent avec stupeur car je ne peux croire que l'on puisse être aussi menteur (...) j'ai entendu un président dire que, chaque jour, entraient dans son pays, je me réfère à l'Equateur, 6 000 Vénézuéliens porteurs de maladies", avait déclaré le ministre lors d'une conférence de presse mercredi.

Au mois de septembre, Lenin Moreno avait déclaré à la tribune de l'ONU que les enfants vénézuéliens arrivaient en Equateur souffrant de "rougeole, diphtérie et poliomyélite" et qu'il y avait des femmes enceintes "qui n'ont jamais eu de contrôle médical". Il avait alors appelé le Venezuela à résoudre "sa crise par un dialogue national" et requis une action régionale pour gérer le flux inhabituel de cette migration.

Quito continuera à prêter assistance aux réfugiés vénézuéliens

"C'est un menteur et il ose mentir à la tribune des Nations-unies parce que c'est ce qui lui a été ordonné de faire pour monter les boniments qu'ils sont en train d'élaborer", s'est emporté Jorge Rodriguez.

Selon l'ONU, près de 1,9 millions de personnes ont quitté le Venezuela depuis 2015, la majorité vers d'autres pays d'Amérique latine, notamment la Colombie, le Pérou et le Brésil. L'Equateur a dénombré environ 250 000 Vénézuéliens, dont 90 000 ont bénéficié d'un visa, et a reçu 7 000 demandes d'asile, dont 1 250 sont en cours d'étude.

>> Quatre questions sur la crise migratoire qui frappe le Venezuela et déstabilise l'Amérique latine

En août, Quito avait déclaré l'urgence migratoire du fait de l'entrée quotidienne de jusqu'à 4 200 Vénézuéliens. Depuis, le flux a diminué à environ 2 000 par jour, selon les autorités. Après avoir averti que l'Equateur "ne tolèrera aucun manque de respect envers ses autorités", le ministère des Affaires étrangères a précisé que Quito "continuera à prêter assistance aux ressortissants vénézuéliens qui entrent" dans le pays.