Violences sexuelles dans l'Eglise : que savait le Vatican des nouvelles révélations concernant onze anciens évêques ?

Le président de la Conférence des évèques de France, Eric de Moulin Beaufort a annoncé lundi 7 novembre que onze ex-évèques ont été mis en cause devant la justice civile ou religieuse dans des affaires de violences sexuelles. A Rome, la consternation prime. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Pierre Ricard, alors Archevêque de Bordeaux, le 23 mars 2006. (PATRICK HERTZOG / AFP)

Le Vatican a-t-il été pris par surprise ? En tous cas, il n'a été mis au courant que très tardivement. Le président de la conférence des évêques de France, Eric de Moulins-Beaufort, a révélé lundi 7 novembre en personne que onze anciens évêques ont été "mis en cause" devant la justice civile ou celle de l'Eglise pour des signalements de violences sexuelles ou pour ne pas les avoir dénoncé. Parmi ces personnalités figurent Mgr Santier  et Mgr Ricard, ancien évêque de Bordeaux, qui a reconnu une conduite "répréhensible" sur une mineure il y a 35 ans. 

>> Violences sexuelles dans l'Eglise : "Des secrets bien gardés entre les évêques ou dans la hiérarchie de l'Eglise", estime l'Association Parler et revivre

Et c'est bien cela qui choque le plus à Rome : c'est l'aveu du cardinal Ricard, qui a révélé s'être conduit, il y a 35 ans, "de façon répréhensible avec une jeune fille de 14 ans". Jean-Pierre Ricard est membre du Dicastère pour la doctrine de la foi et responsable des procès canonique pour pédophilie. Le juge était donc coupable. La Vatican assure qu'il y aura évidemment une enquête car la prescription n'existe plus. Pour le Pape, interrogé samedi 6 novembre sur les affaires de pédophilie en France, l'Eglise fait ce qu'elle peut : "Je vous le dis : l'Eglise est déterminée", assure François.

"Il y a des personnes au sein de l'Eglise qui n'y voient pas encore clair. C'est un processus en cours que nous menons avec courage et tout le monde n'a pas ce courage. Mais la volonté de l'Eglise est de tout clarifier"

Pape François

>> Pédocriminalité dans l'Eglise : un an après le rapport Sauvé, les victimes dénoncent la lenteur des mécanismes de reconnaissance et de réparation

Si certains au Vatican estiment que l'Eglise de France se tire une balle dans le pied avec ces confessions, le Pape lui semble d'accord avec ce grand déballage. "J'ai reçu ces derniers mois deux demandes, deux plaintes pour abus qui avaient été couvertes et mal jugées par l'Eglise", explique le Pape François. "J'ai immédiatement demandé qu'on les étudie de nouveau et on est en train de rendre un nouveau jugement." Le cardinal Ricard est le quatrième cardinal mis en cause pour pédocriminalité. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vatican

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.