Le pape François entérine l'ouverture aux femmes de deux fonctions lors des cérémonies catholiques

Le droit religieux les autorise désormais à lire l'Evangile et à porter assistance au prêtre à l'autel. En pratique, ces fonctions leur étaient déjà souvent confiées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le pape François lors de la prière de l'Angelus, au Vatican, le 10 janvier 2021. (HANDOUT / VATICAN MEDIA)

Le pape François a officiellement inscrit dans le droit catholique, lundi 11 janvier, l'autorisation pour des femmes laïques d'occuper deux fonctions lors des services religieux.

La modification du "droit canon" de l'Eglise catholique leur reconnaît le droit d'exercer, lors de célébrations liturgiques, le ministère de "la Parole", qui consiste à lire l'Evangile, et le ministère de "l'Acolytat", une assistance à l'autel. Jusqu'ici, le droit spécifiait que ces mandats pouvaient être confiés à des "laïcs hommes". La référence au genre est supprimée.

Cette décision entérine en réalité une situation existante. Des femmes exercent déjà souvent ces deux fonctions, avec l'aval des évêques.

Une commission travaille sur l'hypothèse de femmes diacres

Dans une lettre accompagnant cette décision, le pape François réitère en revanche son opposition à l'idée d'ouvrir aux femmes les fonctions de prêtre ou de diacre : "En ce qui concerne les ministères ordonnés, l'Eglise n'a en aucune façon la faculté de conférer l'ordination sacerdotale à des femmes". "Pour les ministères non ordonnés, il est possible, et aujourd'hui cela semble opportun, de surmonter cette réserve", ajoute-t-il en revanche.

En avril dernier, le souverain pontife avait annoncé la création d'une nouvelle commission d'étude pour réfléchir à la possibilité d'ordonner des femmes diacres. Une évolution soutenue par un grand nombre d'évêques d'Amazonie, mais aussi par des prélats progressistes en Allemagne. Une précédente commission instituée en 2016 n'avait pas réussi à trancher la question.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.