Cash Investigation, France 2

VIDEO. Comment Coca-Cola a enterré sa très écologique bouteille en verre consignée au profit de celle polluante en plastique

Au début des années 1970, la Coca-Cola Company commande à un ingénieur un rapport sur le meilleur packaging à utiliser du point de vue de son impact sur l'environnement. L'étude de l'ingénieur conseillant la bouteille en verre réutilisable n'a jamais été rendue publique… et le plastique a gagné ! Extrait de "Plastique, la grande intox", une enquête de Sandrine Rigaud diffusée mardi 11 septembre sur France 2.

Voir la vidéo

Le magazine "Cash Investigation" (Facebook, Twitter, #cashinvestigati) a retrouvé aux Etats-Unis le seul homme, aujourd'hui à la retraite dans le Michigan, qui peut raconter l'histoire que la firme d'Atlanta a toujours voulu étouffer : celle de l'abandon par Coca-Cola de sa bouteille consignée en verre. Arsen Darney a longtemps travaillé à l'agence environnementale américaine. Il est aussi le premier ingénieur dans le monde à s'être intéressé à l'impact écologique des bouteilles de cette marque de sodas au cola.

"La bouteille d'origine en verre était translucide avec des reflets verdâtres", se souvient-il en regardant sa descendante en plastique "qui ressemble pas mal aux premières bouteilles". La Coca-Cola Company le contacte au début des années 1970 car elle commence à s'intéresser au plastique pour ses bouteilles. "Coca-Cola voulait savoir quel était le meilleur packaging au point de vue environnemental si on prenait en compte tous les paramètres", se souvient l'auteur du rapport "Environmental impacts of Coca-Cola beverage containers".

"La bouteille en verre est la solution écologique par excellence"

L'ingénieur travaille plus d'une année pour comparer l'impact sur l'environnement  des bouteilles en verre, en plastique et des canettes en aluminium : "Ce que montrent les données, c'est que la bouteille en verre réutilisable, à condition d'être réutilisée quinze fois, est la solution écologique par excellence." La compagnie sait donc dès cette époque que le verre consigné pollue beaucoup moins que le plastique, mais ne partagera jamais publiquement cette information…

"On a fait ce rapport à leur demande, mais ils ne l'ont jamais publié, car ils n'avaient aucun intérêt à ce que les gens soient au courant et ne voulaient absolument pas qu'on sache quelle direction ils allaient prendre, explique Arsen Darney. Je les ai vus tout doucement passer au plastique. Je me souviens très précisément d'un jour. Je rentrais à la maison après avoir fait des courses et j'ai dit à ma femme : 'Ça y est, je t'avais dit qu'ils allaient passer au plastique. Ils y vont… et ce n'est que le début'."

Extrait de "Plastique, la grande intox", une enquête de Sandrine Rigaud diffusée mardi 11 septembre sur France 2.

CASH INVESTIGATION / FRANCE 2
CASH INVESTIGATION / FRANCE 2 (CAPTURE ECRAN / CASH INVESTIGATION / FRANCE 2)