VIDEO. Aux États-Unis, cet homme vit dans un poumon en acier

C'est l'une des dernières personnes au monde à utiliser un poumon en acier. Rencontre avec Paul Alexander. 

BRUT

"C’est comme votre meilleur ami. Le fantôme qui devient votre camarade de jeu". Survivant de la polio, Paul Alexander est l’une des dernières personnes au monde à utiliser un poumon en acier. Il y a déjà passé 65 ans. C’est à l’âge de 6 ans que sa mère reconnaît chez lui les signes de la maladie. "Elle a dit ‘Oh non. Pitié, mon Dieu, pas nous'", se souvient-il. À la fin de la semaine, il ne pouvait plus bouger. Après une trachéotomie, Paul Alexander a finalement été placé dans un poumon en acier. 

Un homme déterminé

Pourtant, cet événement ne l’a pas empêché de poursuivre ses envies, notamment celle d’aller à l’école. "J’avais réalisé que l’éducation, l’apprentissage, les diplômes, toutes ces choses, étaient la seule façon d’atteindre mes objectifs", confie-t-il. En effet, par la suite, Paul Alexander sort diplômé en droit de l’université du Texas, alors qu’il est confiné dans son poumon d’acier et qu’il est paralysé de la tête aux pieds. Cet handicap ne l’a jamais empêché de voir ses clients. "Ils ont toujours dit : ‘C’est super. Vous devez être un dur à cuire. On vous veut comme avocat.'"

VIDEO. Aux États-Unis, cet homme vit dans un poumon en acier
VIDEO. Aux États-Unis, cet homme vit dans un poumon en acier (BRUT)