Un homme prend l'avion de la Barbade vers les Etats-Unis avec un pistolet chargé dans la poche

Il a été interpellé à son arrivée à Miami après être resté quatre heures en cabine avec son arme, selon un média américain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (DANIEL SLIM / AFP)

Un homme a pu prendre l'avion entre la Barbade et Miami (Etats-Unis) avec un pistolet chargé dans la poche, a rapporté la chaîne américaine NBC6 (en anglais), vendredi 3 décembre. Ce passager a passé les quatre heures de vol en cabine avec son arme, dans laquelle se trouvaient cinq cartouches. C'est seulement à l'aéroport de Miami que les agents de la TSA, l'agence de sécurité dans les transports aux Etats-Unis, ont trouvé le pistolet dans ses affaires. Le média n'a pas précisé quand exactement cet incident s'est produit.

Selon NBC6, le passager a dit à la police américaine que lorsqu'il avait embarqué à Bridgetown, la capitale de la Barbade, il avait l'arme dans la poche de son pantalon. La police l'a détenu et un juge l'a inculpé pour port d'armes caché, un crime passible de cinq ans de prison en Floride. Le passager s'est déclaré non coupable et doit comparaître de nouveau devant la justice mi-décembre.

La Première ministre barbadienne, Mia Mottley, a déclaré vendredi avoir demandé "d'urgence un rapport" sur l'affaire, en promettant que la ou les personnes ayant permis que l'incident se produise rendraient des comptes. "Les conséquences pour le pays sont graves et énormes", a-t-elle ajouté.

Il s'agit d'une faille majeure pour les Etats-Unis, qui ont tenté de renforcer au maximum leurs mesures de sécurité aux frontières, en particulier dans les aéroports, depuis les attentats du 11 septembre 2001. Washington exige notamment des gouvernements étrangers qu'ils appliquent les standards de sécurité américains dans les aéroports d'où partent des vols directs vers les Etats-Unis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.