Turquie : l'ambassade américaine suspend les services de visa, invoquant des "menaces terroristes"

 L'ambassade des Etats-Unis a exhorté les ressortissants américains à "faire preuve de vigilance accrue dans les endroits où des Américains ou des étrangers pourraient se rassembler, y compris dans les tours de bureaux et les centres commerciaux".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le mausolée Anıtkabir à Ankara (Turquie), le 23 avril 2020.  (ADEM ALTAN / AFP)

Y aurait-il un risque d'attaque terroriste contre des ressortissants étrangers en Turquie ? Les représentations américaines dans le pays ont en tout cas annoncé, vendredi 23 octobre, la suspension des services de visa pour des raisons de sécurité.

"La mission américaine en Turquie a reçu des informations crédibles de potentielles attaques terroristes ou enlèvements visant les ressortissants américains et d'autres nationalités à Istanbul, y compris contre le consulat américain, ainsi que dans d'autres endroits en Turquie", a indiqué l'ambassade des Etats-Unis à Ankara.

Les services aux citoyens américains ont également été suspendus dans les cinq représentations américaines en Turquie, notamment l'ambassade à Ankara et le consulat général à Istanbul, selon la même source.

Il est recommandé "d'adopter un profil bas" 

Dans le même message, l'ambassade des Etats-Unis exhorte les ressortissants américains à "faire preuve de vigilance accrue dans les endroits où des Américains ou des étrangers pourraient se rassembler, y compris dans les tours de bureaux et les centres commerciaux". Il leur est également demandé d'"éviter les attroupements" et "d'adopter un profil bas".

En octobre 2016, les Etats-Unis avaient évacué d'Istanbul les familles de leur personnel diplomatique et consulaire à la suite d'informations "indiquant que des groupes extrémistes poursuivaient leurs efforts pour attaquer les ressortissants américains dans les quartiers d'Istanbul où ils résident ou qu'ils fréquentent".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.