Cet article date de plus d'un an.

Tempête hivernale aux États-Unis : des températures polaires donnent lieu à des paysages surréalistes

Publié
Tempête Elliott aux Etats-Unis : des températures polaires donnent lieu à des paysages surréalistes
Tempête Elliott aux Etats-Unis : des températures polaires donnent lieu à des paysages surréalistes Tempête Elliott aux Etats-Unis : des températures polaires donnent lieu à des paysages surréalistes
Article rédigé par France 2 - C. Guttin, A. Filippi
France Télévisions
France 2
Aux États-Unis, l’intense tempête de neige qui a balayé le centre et l’est du pays ces derniers jours a causé la mort d’au moins 47 personnes. Une bombe dépressionnaire historique qui n’a pas épargné le Canada, où quatre personnes ont perdu la vie.

La jetée qui mène au phare sur le lac Michigan est complètement gelée, comme figée par le froid. À la surface du lac situé dans le nord des États-Unis, ce sont désormais des vagues de glace qui viennent s’échouer sur le rivage. De gros blocs qui recouvrent toute la surface de l’eau. Les stations balnéaires autour de la région des Grands Lacs semblent toutes enserrées par le froid et les températures polaires, donnant lieu à des paysages surréalistes dans des quartiers complètement évacués. À Buffalo, dans le nord de l’État de New York, plusieurs mètres de neige se sont abattus sur la ville, rendant toute sortie impossible pour les habitants.  

47 morts dans tout le pays 

Au total, à cause de la tempête, on dénombre 25 morts rien que dans le comté, et 47 dans tout le pays. Car depuis jeudi 22 décembre, les États-Unis subissent ce que l’on appelle une "bombe cyclonique", la combinaison d’une baisse brutale des températures, et une chute très rapide, en moins de 24 heures, de la pression atmosphérique, ici due à la rencontre d’une masse d’air froid venue de l’Arctique avec une masse plus chaude. Les températures glaciales et la neige devraient encore se poursuivre mardi 27 décembre dans une partie du pays.  

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.