Cet article date de plus de sept ans.

Qui est Donald Trump, le candidat opposé au politiquement correct ?

En ce début de campagne, dans le camp républicain, le candidat milliardaire Donald Trump détonne. Et cela semble marcher puisque les sondages le mettent pour l’instant devant tous les autres candidats. Au grand dam de ceux qui entendent jouer une carte plus modérée. Avec ses propos très marqués à droite, le milliardaire semble réussir son début de campagne. Et il a les moyens de continuer.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le site de campagne de Donald Trump  (DR)
A 69 ans, Donald Trump n'a plus grand chose à prouver. Le candidat républicain à l'investiture pour la présidentielle de 2016 ne craint personne et il le montre. Son début de campagne est tonitruant. Il aligne les petites phrases et les formules choc qui l'ont propulsé en tête des sondages.

Des exemples : à propos de l’ancien candidat républicain, John Mc Cain, vétéran du Vietnam : «Ce n’est pas un héros de guerre. C’est un héros de guerre parce qu’il a été capturé», ajoutant qu’il aimait «les gens qui n’ont pas été capturés». Plus récemment il a pris pour cibles les immigrés mexicains : «Quand le Mexique nous envoie ses habitants, il ne nous envoie pas les bons […], ils ramènent de la drogue, des crimes, ce sont des violeurs.».

Sa dernière sortie, contre une journaliste de Fox, lui a valu d'être accusé de sexisme et de provoquer la colère d'autre prétendants républicains. Côté sexisme, il n'avait pas hésité à retweeter ce message d'un iinternaute avant de le supprimer de son compte : «Si Hillary Clinton ne peut pas satisfaire son mari, qu’est-ce qui lui fait croire qu’elle peut satisfaire l’Amérique ?» 

Mais Donald Trump n'est pas genre à s'excuser. Lors du débat réunissant les candidats républicains, il a dénoncé le «politiquement correct» de la classe politique. Ces précédentes saillies ont fait de lui la vedette du débat qui a réuni l'ensemble des candidats de son parti. Et de toute façon, il a déjà affirmé que même si son parti ne voulait pas de lui, il se présenterait en candidat indépendant.

La star de ce début de campagne a en effet les reins solides dans un pays où la course à la présidentielle nécessite de dépenser des dizaines de millions de dollars. Le magazines Forbes lui attribue une fortune de 4 milliards de dollars…même si lui estime avoir beaucoup plus. 

Donald Trump, au centre, lors du débat entre candidats républicains (6 août 2015) (CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Conservateur, libéral, opposé aux impôts, Donald Trump est une sorte de caricature du mythe américain de la réussite. La Trump Tower,  le Trump Parc, le Trump Palace, Trump Plaza, la Trump World Tower, la Trump Park Avenue…Immobilier, hôtels, terrains de golf, télévision, Donald Trump a mis son nom partout et a assis sa fortune sur l’immobilier. Il a fait de son nom une marque qui valorise les biens immobiliers.

Fort de ce succès dans les affaires, il peut écrire, en toute modestie, sur le site de son groupe, «Donald J. Trump est le symbole même de la réussite américaine. Il est l'archétype de  l'homme d'affaires, un deal maker sans égal .» 

Derrière son slogan de campagne  «Pour que l'Amérique soit de nouveau forte», Donald Trump donne quelques éléments de son programme. Un programme résolument conservateur. S'appuyant sur les réseaux sociaux (son compte twitter a 3,5 millions d'abonnés), il entend «éduquer le public sur les échecs de l'administration Obama» et «promouvoir un marché libre, l'importance d'une famille forte, une culture de la vie, une armée forte et l'obligation sacrée de notre pays à prendre soin de nos anciens combattants et leurs familles».

515 fonctions
Sa déclaration de biens et revenus, que tous les candidats à la présidentielle américaine de 2016 doivent présenter et publiée par la commission fédérale électorale, comprend 23 biens valant chacun au moins 50 millions de dollars. Selon cette déclaration, Donald Trump occupe 515 fonctions différentes et dispose de 168 sources de revenus et actifs.

L'homme ne fait pas que dans les tours. Ainsi, il détient notamment les droits du concours de Miss Univers, dont la valeurest estimée entre 5 et 25 millions de dollars. Il a aussi empoché plus de 1,7 million de dollars pour donner des conférences l'an dernier. Il a aussi fait une apparition dans la série «Sex and the City» et a présenté une émission télévisée à succès, «The Apprentice» (à suivre bientôt en France). Résultat, il a empoché quelque 110.000 dollars versés par le syndicat des acteurs de cinéma et télévision.

Cette fortune lui permet d'affirmer qu'à la différence des autres, il ne dépend pas des lobbies. 

Donald Trump avec son actuelle épouse, Melania Trump (2de à gauche) à l'issue du débat du 6 août sur Fox. (CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Né en 1946 dans le Queens, un quartier de New York, Donald Trump est diplomé en économie de l'université de Fordham de Pennsylvannie. Après, il rejoint l'affaire de son père qui prospère déjà dans l'immobilier. Ce dernier fera de son fils un brillant homme d'affaires. Des affaires qui parfois tournent mal, ce qui aux Etats-Unis n'est pas synonyme d'échec mais de nouveau départ. 

Pour l'instant, le phénomène Trump fonctionne. Ces sorties, plus ou moins appréciées, l'ont mis à la une des médias. Une place qu'il connaît bien. Notamment en raison de ses affaires de coeur. Ces trois mariages ne sont pas passés inaperçus. Trois mariages et un président ?    

          

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.