Sept chiffres surprenants sur l'élection américaine

Saviez-vous qu'au niveau national, Hillary Clinton l'emporterait au nombre de voix en sa faveur ? Et que 42% des femmes ont préféré Donald Trump ?

Les supporters de Clinton à la soirée électorale de New-York.
Les supporters de Clinton à la soirée électorale de New-York. (LUCAS JACKSON / REUTERS)

Une carte des Etats-Unis dominée par le rouge des Républicains. Voilà l'image qui a marqué l'élection présidentielle américaine. Mais derrière ces grands aplats de couleurs se cachent des fractures entre les différentes catégories d'électeurs.

L'analyse des résultats chez les habitants des grandes villes, à la campagne, chez les Afro-Américains, les femmes ou les scores des "petits candidats" permettent de comprendre ces clivages.

1Une disparité entre les villes et les campagnes

Le cœur économique et financier des Etats-Unis est très, très démocrate. Alors que Donald Trump va devenir le prochain président des Etats-Unis, seuls 10% des habitants de Manhattan, l'un des cinq arrondissements de New York, ont voté pour lui. A l'inverse, ils sont 87,2% à avoir glissé un bulletin Hillary Clinton dans l'urne. Un résultat qui symbolise aussi la fracture entre les habitants des grandes villes, qui ont voté à 59% pour Hillary Clinton, et ceux des campagnes, à 62% pour Donald Trump.

2Le vote des femmes ne nuit pas à Trump

"Quand on est une star, elles nous laissent faire. On fait tout ce qu'on veut. (...) Les attraper par la chatte... On peut tout faire !" Les propos obscènes et machistes de Donald Trump et les accusations d'agressions sexuelles contre le candidat républicain ne semblent pas avoir eu d'impact significatif sur le vote des femmes. 42% d'entre elles ont voté pour le candidat républicain. Hillary Clinton, qui aurait pu devenir la première femme présidente des Etats-Unis, récolte quant à elle 54% chez l'électorat féminin, soit seulement 1% de plus que le candidat démocrate en 2012.

3Le bon score d'un mormon dans l'Utah

Connaissez-vous Evan McMullin ? Il est fort probable que non. Pourtant, le candidat républicain indépendant a récolté plus de 20% des voix dans l'Etat de l'Utah, dont il est originaire. Ce mormon de 40 ans se retrouve ainsi à la troisième place du scrutin, à moins de 8 points d'Hillary Clinton. Au niveau national, Evan McMullin n'obtient que 0,3% des voix, mais il n'était présent que dans onze Etats sur 50.

4Une majorité d'Américains a voté Clinton

Selon les estimations du New York Times (en anglais), mercredi 9 novembre en milieu d'après-midi, Hillary Clinton récolterait davantage de voix que son adversaire au niveau national. 

Comment est-ce possible ? Aux Etats-Unis, le candidat arrivé en tête dans un Etat remporte la totalité des grands électeurs correspondants. Ce sont eux qui élisent formellement le président. Ainsi, en arrivant en tête au Texas, Donald Trump a récupéré 38 grands électeurs et Hillary Clinton, zéro. Résultat : il est possible d'obtenir une majorité au sein du collège électoral sans avoir la majorité en termes de voix au niveau national.

Si ce résultat se confirme, Donald Trump serait ainsi le cinquième président à être élu à la Maison Blanche alors qu'il a récolté moins de voix que son adversaire au niveau national. Une telle situation est déjà arrivée en 1824 avec John Quincy Adams, en 1876 avec Rutherford B. Hayes, en 1888 avec Benjamin Harrison et en 2000 avec George W. Bush.

5Le candidat libertarien a triplé son score

Gary Johnson a récolté 3,3% des voix dans l'ensemble des Etats-Unis. Un score largement supérieur à celui qu'il avait obtenu en 2012, avec un peu moins de 1% des voix. Le candidat libertarien, favorable notamment à une importante baisse d'impôts, à l'ouverture des frontières et à la légalisation du cannabis, a même récolté 9,3% des voix au Nouveau Mexique, où il fut gouverneur de 1995 à 2003.

6Les Afro-Américains en faveur d'Hillary Clinton

Le score considérable de la candidate démocrate chez les Afro-Américains est à relativiser. Il est moins important que celui de Barack Obama en 2012 (93%) et les Afro-Américains se seraient moins mobilisés que pour les deux précédentes élections. Toute l'implication de Barack Obama, qui a multiplié les meetings dans les Etats où les minorités noires sont importantes, n'aura pas suffi à relancer l'adhésion envers Hillary Clinton.

7Une participation très faible

Selon les premiers chiffres de The United States Elections Project (en anglais), le taux de participation à l’élection présidentielle américaine s'est élevé à 54,2%. Un taux plus faible que lors des trois dernières élections présidentielles. En 2008, la participation avait même atteint 57,1% pour la première élection de Barack Obama. En 2016, les candidats ne semblent pas avoir créé un tel engouement populaire.