Etats-Unis : soupçonnée d'avoir avantagé Hillary Clinton, la présidente du parti démocrate démissionne

Des e-mails internes révélés par WikiLeaks ont jeté le doute sur la neutralité du parti lors des primaires. Ce départ intervient la veille de l'ouverture de la convention du parti, qui doit entériner la nomination d'Hillary Clinton comme candidate.

La président démissionnaire du parti démocrate américain, Debbie Wasserman Schultz, à un meeting d\'Hillary Clinton, le 23 juillet 2016 à Miami.
La président démissionnaire du parti démocrate américain, Debbie Wasserman Schultz, à un meeting d'Hillary Clinton, le 23 juillet 2016 à Miami. (GASTON DE CARDENAS / AFP)

Coup de tonnerre sur le parti démocrate américain. Alors que celui-ci ouvre, lundi 25 juillet, sa convention, à Philadelphie, durant laquelle Hillary Clinton doit être officiellement désignée comme la candidate démocrate à l'élection présidentielle, sa présidente, Debbie Wasserman Schultz, a présenté sa démission. Elle paie la fuite d'e-mails internes, révélés vendredi par Wikileaks, dont certains semblent indiquer que les hauts responsables du parti ont pris fait et cause pour Hillary Clinton et contre son rival Bernie Sanders.

Ce sont plus de 20 000 messages qui ont été publiés par WikiLeaks, jetant des doutes sur la sécurité informatique du parti démocrate. En juin, on avait déjà appris que des pirates informatiques russes avaient volé des documents aux démocrates. Pour l'entourage d'Hillary Clinton, ce sont ces hackers qui se seraient procurés ces messages "pour aider Donald Trump". Mais le contenu de ces e-mails est aussi embarrassant. Des responsables y débattent de différentes stratégies pour affaiblir la campagne de Bernie Sanders, notamment en mettant en doute le fait qu'il croie en Dieu.

"Le parti a été du côté d'Hillary Clinton"

"Je pense qu'elle doit démissionner", avait déclaré le candidat malheureux à la primaire démocrate après ces révélations. Tout au long de la primaire, Bernie Sanders avait critiqué l'organisation "truquée" de cette élection par le parti, ne cachant pas son opposition à sa présidente. "Le parti a été du côté de madame Clinton depuis le premier jour", a-t-il répété sur la chaîne NBC, quelques heures avant l'annonce de la démission de sa présidente.

Debbie Wasserman Schultz ne quittera pas son poste avant la fin de la convention, jeudi, mais tous ses discours ont été annulés. "La meilleure façon pour moi de [faire élire Hillary Clinton à la Maison Blanche] est de démissionner de mon poste de présidente du parti à la fin de la convention", a-t-elle reconnu dans un communiqué. Un coup dur alors que le parti souhaitait donner une image d'unité lors de cette convention, après une primaire disputée.