VIDEO. Donald Trump, nationalisme, équipe de France... Découvrez l'intégralité de l'entretien que Salman Rushdie a accordé à franceinfo

Dans l'entretien qu'il a accordé à franceinfo, Salman Rushdie se prononce sur les migrants et "la bataille du nationalisme", Donald Trump "grotesque personnage"... et la victoire des Bleus à la Coupe du monde de football.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

La Maison Golden est le treizième roman de Salman Rushdie, l'écrivain britannique d'origine indienne que le grand public avait découvert en 1988, au moment du scandale provoqué par son livre Les Versets sataniques. L'action de ce nouveau roman se déroule presqu'entièrement à New York, de l'investiture de Barack Obama en 2009 à l'élection de Donald Trump en 2016. L'occasion de parler avec lui littérature, cinéma, politique et même de la victoire des Bleus à la Coupe du monde de football.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Salman Rushdie, par Marie Colmant et Frédéric Carbonne :

RADIO FRANCE

"Le monde ne va pas se séparer à nouveau en races" 

Rappelant qu'il est lui-même "un double migrant" (né à Bombay, en Inde, il a étudié à Londres et vit depuis une vingtaine d'années aux Etats-Unis), Salman Rushdie dit malgré tout comprendre les peurs qui s'expriment ici et là, et notamment en Europe, face au phénomène migratoire. Pour autant, poursuit-il, le nationalisme n'est pas la bonne réponse : "Cette question du nationalisme ressurgit partout dans le monde, et pas seulement en France. Mais la réalité, c'est que, que vous l'aimiez ou non, le monde ne va pas se séparer à nouveau en races. C'est ainsi. Chacun doit l'accepter."
Il se définit comme "un écrivain des grandes villes". "J'appartiens à des villes plutôt qu'à des pays. Je me sens plus de New York que des Etats-Unis, de Londres que du Royaume-Uni, et de Bombay que de l'Inde", dit-il.

Donald Trump, "le plus grotesque de tous"

Même si le nom du président américain n'est jamais cité dans le livre, Donald Trump est malgré tout un des personnages de La Maison Golden, sous le surnom de "Joker". Pourquoi ce surnom ? "J'avais ce sentiment que le monde du pouvoir est devenu un monde grotesque, peuplé de personnages grotesques. Et le président des Etats-Unis est le plus grotesque d'entre eux."

RADIO FRANCE

Dans cet entretien, enregistré jeudi 13 septembre, Salman Rushdie évoque également son amour du cinéma, les ravages du politiquement correct aux Etats-Unis... et la victoire des Bleus en Coupe du monde de football. Il était en vacances avec sa famille dans le Midi au moment de la finale. "Je suis allé la regarder dans un café, et ça m'a frappé : cette équipe de France, c'est la France !"

Salman Rushdie
Salman Rushdie (Radio France)