Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Le Ku Klux Klan préfère Trump, "le plus qualifié"

Le Ku Klux Klan a appelé à voter Trump. A Pulaski (Wisconsin), lieu de naissance de cette société secrète ouvertement raciste, rencontre avec un de ses membres. Extrait d'une immersion à "Trumpland" juste avant l'élection américaine, diffusée dans "Complément d'enquête".

Au lendemain de l'élection de Donald Trump, "Complément d'enquête" diffusait un voyage à "Trumpland" tourné peu avant le scrutin. Dans cet extrait, nous faisons halte dans le Wisconsin. A Pulaski, trois électeurs sur quatre ont voté pour le milliardaire. C'est là qu'est né le Ku Klux Klan. La société secrète de sinistre mémoire "n'a jamais disparu", assure Richard Nichols, qui en fait partie depuis 1988. Le Klan compte encore 8 000 membres actifs à travers les Etats-Unis. 

"Ma famille en fait partie depuis sa création, en 1865. Mon grand-oncle était l'un des six membres fondateurs, s'enorgueillit Nichols. Nous sommes invisibles, mais nous répondons toujours à l'appel quand il faut se battre pour une Amérique blanche", assure-t-il avant d'enfiler sa cagoule à pointe et sa tenue verte et blanche.

Des membres du Klan sont-ils impliqués dans la campagne de Trump ?

"Est-ce que je fréquente des Noirs ? Non. Les Juifs sont l'ennemi mondial. Dieu a créé Adam et Eve, pas Adam et Steve. J'aurais adoré vivre à la belle époque, quand on pendait les criminels au premier arbre, mais même Trump ne nous rendra pas ça ! […]  Ce qui a l'air cool, c'est ce mur à la frontière mexicaine..."

Un flot de paroles provocatrices interrompu par cette question, pas si fantaisiste car le KKK a officiellement apporté son soutien au candidat républicain : des membres du Klan sont-ils impliqués dans la campagne de Trump ? "Je ne suis pas autorisé à vous répondre. C'est trop sensible. Ça pourrait affecter sa campagne, vous comprenez." En tout cas, pour Nichols, "Trump n'est pas raciste. S'il l'était, il ne serait pas marié avec une étrangère [d'origine slovène]. C'est interdit par le Klan : vous ne pouvez pas trahir votre race. Mais on n'a pas vraiment le choix, c'est lui le plus qualifié."

Extrait de "Bienvenue à Trumpland", diffusé dans "Complément d'enquête" le 10 novembre 2016.

Un membre du Ku Klux Klan dit son soutien à Donald Trump.
Un membre du Ku Klux Klan dit son soutien à Donald Trump. (FRANCE 2 / FRANCETV INFO)