Twitter désactive une vidéo partagée par Donald Trump après une plainte du groupe de rock Linkin Park

Le président des Etats-Unis avait "retweeté" la vidéo, qui s'apparentait à un message de campagne et qui comprenait de la musique du groupe de rock Linkin Park. Ce dernier en a demandé le retrait.

La vidéo retweetée a disparu le 18 juillet 2020 dans la soirée du fil de Donald Trump, avec une notification de Twitter.
La vidéo retweetée a disparu le 18 juillet 2020 dans la soirée du fil de Donald Trump, avec une notification de Twitter. (JAAP ARRIENS / NURPHOTO / AFP)

C'est le dernier épisode en date des frictions entre le président américain et Twitter. Le réseau social a désactivé une vidéo partagée par Donald Trump après une plainte pour atteinte aux droits d'auteur. Le président américain avait "retweeté" la vidéo depuis le fil du directeur des réseaux sociaux à la Maison Blanche, Dan Scavino.

Cette vidéo s'apparentait à un message de campagne et comprenait de la musique du groupe de rock Linkin Park. Elle a disparu samedi soir du fil de Donald Trump avec une notification de Twitter, qui a dit avoir agi consécutivement à une plainte du propriétaire des droits d'auteur. Effectivement, comme le relaie le Guardian, Twitter a reçu une plainte de la société Machine Shop Entertainment, qui manage le groupe.

"Linkin Park ne soutient pas Trump"

"Nous répondons aux plaintes valables pour atteinte aux droits d'auteur qui nous sont adressées par les propriétaires de ces droits ou leurs représentants agréés", a expliqué un représentant de Twitter à Reuters par courrier électronique.

Dans la foulée, Linkin Park a publié un message dans lequel le groupe confirme avoir demandé le retrait de la vidéo, expliquant : "Linkin Park n'a pas soutenu et ne soutient pas Trump, et n'autorise pas non plus ses services à utiliser notre musique. Nous avons demandé le retrait."

La Maison Blanche n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire. Le contexte est tendu entre la Maison Blanche et Twitter, qui a désactivé ou assorti d'un commentaire plusieurs tweets de Donald Trump ces derniers mois, pour atteinte aux droits d'auteur ou violation des règles du réseau social interdisant l'apologie de la violence.