Retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris : "Il y a un fort pouvoir qui s'est exercé sur Donald Trump"

Pour Matthieu Auzanneau, directeur du Shift Project, une partie des grands pétroliers internationaux dépendants du gaz et du charbon ont exercé "un fort pouvoir" sur Donald Trump.

Matthieu Auzanneau, directeur du Shift Project, le 2 juin 2017.
Matthieu Auzanneau, directeur du Shift Project, le 2 juin 2017. (FRANCEINFO)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Donald Trump a annoncé jeudi 1er juin dans la soirée que les Etats-Unis se retiraient de l'accord de Paris. Pour le président américain ce texte est injuste et dangereux pour l'emploi dans son pays. Mais dans les faits, il a surtout cédé aux lobbys industriels, explique sur franceinfo Matthieu Auzanneau, directeur du Shift Project, qui propose des solutions pour réduire notre dépendance au carbone et aux énergies fossiles.

franceinfo : Donald Trump a-t-il cédé face aux lobbys pétroliers et industriels ?

Matthieu Auzanneau : Une grande partie de l'économie américaine et des grands pétroliers internationaux sont en faveur de l'accord de Paris, qui veulent une politique de transition, mais une autre partie est extrêmement dépendante du gaz, du charbon. Parmi ces acteurs, il y a un fort pouvoir qui s'est exercé sur Donald Trump pour prendre la décision historique qu'il vient de prendre.

Comment expliquer que plusieurs grandes compagnies aient déclaré vouloir rester dans l'accord de Paris ?

Il y a de grandes compagnies qui sont très dépendantes des énergies fossiles et qui considéraient qu'il était plus habile de rester dans le processus de négociations et de tenter de l'influencer de façon à ce qu'elles n'aboutissent pas à des contraintes trop importantes. L'Arabie saoudite et la Russie ont signé l'accord de Paris et il n'est pas question pour eux d'en sortir. Au contraire il est question de tirer les négociations dans un sens qui ne les désavantage pas trop. Trump a fait un choix qui lui ressemble, un choix plus radical, plus brutal, et prétend qu'il va pouvoir renégocier un accord.

Qu'apporterait la transition énergétique aux Etats-Unis ?

Les Etats-Unis sont dans un cas particulier. La transition énergétique est susceptible de créer beaucoup d'emploi. C'est un avenir prometteur mais qui est encore largement derrière l'horizon. On en est encore au stade des espoirs, des promesses. Les Etats-Unis, c'est une économie qui s'est construite sur le pétrole et les engagements qu'a pris Obama auraient abouti à faire baisser les émissions américaines d'un quart d'ici à peine 10 ans. Cela veut dire, probablement, exercer une contrainte très forte sur l'économie américaine qui est la plus dépendante du monde aux énergies fossiles pour un espoir de la création d'une économie nouvelle. Mais aux Etats-Unis, on n'a pas encore réussi à intégrer que de gré ou de force la transition énergétique devrait être faite.