Propos de Donald Trump sur les attentats du 13-Novembre : quelle réaction d'Emmanuel Macron ?

Devant le palais de l'Élysée, Jeff Wittenberg fait le point sur les réactions suite aux propos du président américain concernant les attentats au Bataclan, le 13-Novembre 2015. Propos qui ont choqué la classe politique française.

France 2

Il y a une semaine, tout juste, Emmanuel Macron se rendait à Washington pour une visite d'État officielle, la toute première pour le président américain Donald Trump. Une visite pendant laquelle les deux hommes n'ont eu de cesse d'afficher une complicité devant les médias. Quel effet ont donc eu les propos tenus par le Donald Trump lors de la convention de la NRA, le puissant lobby des armes aux États-Unis, et qui ont provoqué l'indignation des associations de victimes des attentats du 13-novembre ? " Dès que les propos de Trump ont été rapportés, et alors que le président français se trouvait encore en visite officielle en Nouvelle-Calédonie, la cellule des conseillers diplomatiques du président a pris contact avec leurs homologues de la Maison Blanche", explique Jeff Wittenberg, en direct de l'Élysée, dimanche 6 mai.

Un président américain imprévisible

Et le journaliste de préciser que c'est à la demande du président de la République que le Quai d'Orsay a réagi en condamnant fermement ces propos. " À ce stade, il n'est pas prévu qu'Emmanuel Macron lui-même s'expirme. Mais on se souvient de ces images, il y a quelques jours, montrant l'amitié, la complicité entre les deux hommes", précise Jeff Wittenberg. Cela n'empêche pas que le président français est conscient que son homologue américain est à la fois choquant parfois dans ses propos, imprévisible en tout cas. C'est peut-être ce qu'il lui dira lors d'une de ses prochaines conversations téléphoniques".

Le JT
Les autres sujets du JT
Donald Trump, le 4 mai 2018, à Dallas (Texas), lors du congrès annuel de la NRA, le lobby des armes aux Etats-Unis. 
Donald Trump, le 4 mai 2018, à Dallas (Texas), lors du congrès annuel de la NRA, le lobby des armes aux Etats-Unis.  (NICHOLAS KAMM / AFP)