Présidentielles américaines : Trump veut minimiser le vote par correspondance

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 68 min.
Présidentielles américaine : Trump veut minimiser le vote par correspondance
France 2
Article rédigé par
L.De la Mornais, A.Monange, T.Arlet S.Kraft - France 2
France Télévisions

Aux États-Unis, l'épidémie de coronavirus rend le vote par correspondance plus pertinent. De nombreux États ont commencé à voter avec un mois et demi d'avance sur le jour du scrutin. La collecte des bulletins de vote risque d'entraîner des contestations.

Pour Deb Smith, électrice de Virgnie, aux États-Unis, le vote par courrier est une longue habitude."Il faut voter tôt, on ne sait jamais si on se fait renverser par un bus d'ici l'élection, voter en avance, c'est facile". À 42 jours de l'élection, elle a déjà rempli son bulletin de vote. "C'est parfaitement sûr de voter par courrier, si on veut on peut déposer cette enveloppe dans une boîte aux lettres spéciale au bureau de vote, mais je pense que je vais l'envoyer par la poste". En raison du coronavirus, le vote par courrier devrait prendre une importance particulière. Les prévisions montrent qu'au moins 40 % des électeurs pourraient voter par correspondance et donc en avance.

Un vote sécurisé par signature

Traditionnellement, les démocrates votent beaucoup plus par courrier que les républicains. C'est ce qui inquiète Donald Trump. Le locataire de la Maison Blanche crie à la fraude : "Imaginez des milliers d'enveloppes déversées dans un endroit on ne sait où et tout d'un coup vous perdez l'élection alors que vous auriez dû la gagner. Je ne suis pas d'accord avec ça". Le vote par courrier est sécurisé avec la signature et n'a pas montré de faille majeure dans le passé. Ce qui n'empêche pas Trump de minimiser ce vote. Il a nommé à la tête de la poste Louis DeJoy, ami et gros donateur du parti républicain. Il a été accusé de ralentir le processus en condamnant des boîtes aux lettres et en rognant les heures supplémentaires des postiers. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.