Présidentielle américaine : le candidat Kanye West fond en larmes pour son premier meeting

Le rappeur, qui souhaite affronter Donald Trump et Joe Biden en novembre, a notamment abordé la question de l'avortement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le rappeur Kanye West, pour son premier meeting en Caroline du Sud (Etats-Unis), le 19 juillet 2020. (RANDALL HILL / X02905)

Kanye West poursuit son chemin en politique. Le rappeur, qui a annoncé sa candidature à la prochaine élection présidentielle américaine, en novembre prochain, a tenu son premier meeting, dimanche 19 juillet, en Caroline du Sud.

Vêtu d'une veste pare-balles où était inscrit "sécurité", Kanye West a abordé une foule de sujets, dans un discours décousu. Pendant une heure, il s'est exprimé devant un parterre d'invités, qui ont été tenus de signer un formulaire de décharge de responsabilité liée au coronavirus, de porter des masques et de respecter la distanciation physique, selon les médias américains.

Le musicien s'est notamment emporté sur la question de l'avortement, expliquant que sa femme Kim Kardashian et lui avaient réfléchi à y avoir recours, et que son père aurait voulu qu’il ne naisse pas. "Mon père voulait que ma mère avorte de moi. Ma mère m'a sauvé la vie. Il n'y aurait pas eu de Kanye West parce que mon père était trop occupé", a-t-il lancé, en se mettant à pleurer. Avant de crier : "J'ai failli tuer ma fille ! J'ai failli tuer ma fille !"

Kanye West s'est également attiré les foudres d'une partie des participants au meeting, assurant que Harriet Tubman, figure de l'abolitionnisme, n'avait "jamais vraiment libéré les esclaves" et qu'elle "les avait juste fait travailler pour d'autres blancs".

Une campagne incertaine

Plusieurs passages de son discours sont devenus viraux sur les réseaux sociaux, provoquant l'émoi et la colère de certains internautes. Le candidat a également évoqué pêle-mêle les violences policières, la religion ou encore l'industrie de la musique, rapporte Le HuffPost.

Après ce premier meeting, l'avenir de la campagne de Kanye West reste toutefois incertain. Alors qu'il a annoncé sa candidature sur Twitter le 4 juillet, le rappeur a dépassé la date limite pour figurer sur la liste officielle des candidats dans plusieurs Etats, mais il bien est inscrit sur celle de l'Oklahoma.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.