Présidentielle américaine : la Russie a aidé Donald Trump à gagner, selon la CIA

Le "Washington Post" révèle les conclusions d'une évaluation secrète de l'agence américaine de renseignement.

Le président américain élu, Donald Trump, le 9 décembre 2016, à Grand Rapids dans le Michigan (Etats-Unis).
Le président américain élu, Donald Trump, le 9 décembre 2016, à Grand Rapids dans le Michigan (Etats-Unis). (DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

La Russie a interféré dans l'élection présidentielle américaine dans le but d'aider le candidat républicain, Donald Trump, à accéder à la Maison Blanche. Telles sont les conclusions d'une évaluation secrète de la CIA dont le Washington Post (en anglais) se fait l'écho, samedi 10 décembre.

Le journal, qui cite des responsables américains, révèle que l'agence américaine de renseignement a identifié des individus liés au gouvernement russe responsables du piratage de milliers d'e-mails du Comité national démocrate (CND) et du président de campagne d'Hillary Clinton, John Podesta. Ces courriels auraient ensuite été envoyés à l'organisation WikiLeaks, qui les a publiés pendant la campagne. Les pirates informatiques russes sont décrits comme des personnes connues des services de renseignement et membres d'une large opération destinée à réduire les chances d'élection d'Hillary Clinton et de favoriser Donald Trump.

Pas de preuve impliquant directement le Kremlin

Le Post note toutefois que l'évaluation de la CIA est loin de constituer un rapport en bonne et due forme reflétant la position des 17 agences américaines du renseignement. Reste que, début octobre, le département de la Sécurité intérieure (DHS) et la direction du renseignement (DNI) avaient déjà conclu que la Russie avait piraté les comptes de personnalités et d'organisations politiques dans le but "d'interférer dans le processus électoral américain".

Le renseignement américain ne dispose d'aucune preuve montrant que des responsables du Kremlin auraient "ordonné" à des intermédiaires de transmettre les e-mails piratés à WikiLeaks, note un interlocuteur du quotidien. Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, se défend d'avoir été manipulé par la Russie pendant la campagne américaine. Et selon l'évaluation de la CIA, Moscou aurait eu recours à des "intermédiaires" pour éviter d'être directement mêlé à ces pratiques.

Obama a commandé un rapport

L'équipe de Donald Trump a immédiatement rejeté les conclusions de la CIA. Mais, un peu plus d'un mois après le scrutin qui a vu le républicain l'emporter face à la démocrate, des interrogations demeurent sur la nature de l'ingérence russe dans la campagne.

En début de semaine, le président sortant, Barack Obama, a ordonné un rapport complet sur les piratages informatiques menés pendant la campagne présidentielle. Et la Maison Blanche a promis de partager les conclusions du rapport avec les élus du Congrès, soulignant toutefois qu'il contiendrait nécessairement des informations très sensibles qui ne pourraient pas toutes être communiquées au grand public.