Cet article date de plus de sept ans.

Présidentielle américaine : chez les pro-Trump, certains n'envisagent rien d'autre que la victoire... ou "la révolution"

Comment les milliers de supporters galvanisés de Donald Trump envisagent-ils une éventuelle défaite de leur champion ? franceinfo leur a posé la question. Certaines réponses font froid dans le dos. 

Article rédigé par Benjamin Illy, Cécile Mimaut
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des supporters de Donald Trump à Selma, en Caroline du Nord, le 3 novembre.  (LAURENT MACCHIETTI / RADIO FRANCE)

J- 1 avant l'élection présidentielle américaine ! Et la course n'a jamais paru aussi serrée, aussi tendue, avec une remontée de dernière minute de Donald Trump dans les intentions de vote. Le candidat républicain croit en ses chances et veut forcer le destin en multipliant les meetings : pas moins de cinq réunions publiques dimanche. Même chose lundi 7 novembre, aux quatre coins du pays, et toujours face à des foules de plusieurs milliers de supporters galvanisés.

Et si leur champion perdait l'élection ? Le reportage de Benjamin Illy avec des supporters de Donald Trump

Reste à savoir comment ils réagiront le jour d'après, c'est à dire après l'élection, en cas de défaite de leur champion. Certains craignent le pire dans le camp démocrate, et ces témoignages de supporters républicains recueillis par franceinfo dans les meetings du candidat Trump peuvent leur donner raison.

"La révolution est un droit"

Comme ici, à Geneva, dans l'Ohio. Le serment d’allégeance au drapeau américain est repris en cœur par la foule, un rituel dans les meetings de Donald Trump. George est un ancien militaire, patriote, et pas du genre à renverser la table. Si Hillary Clinton s’installe à la Maison Blanche, il sera contrarié, évidemment. Mais il croit au système démocratique, il acceptera le résultat. Dans quatre ans il faudra retenter le coup.

Moins conciliants, certains, en cas de victoire de la candidate démocrate, en appellent à une seconde révolution américaine, inquiets pour le deuxième amendement, la crainte qu’on leur prenne leurs armes. D’autres ont bien assimilé le discours du milliardaire sur le système politico-médiatique corrompu, truqué. Steve, 27 ans, fossoyeur de profession en Pennsylvanie, semble déjà considérer que l’élection est truquée. "Les machines pour le vote peuvent être piratées. Si nous n’avons pas une élection libre, équitable, honnête, alors les Américains auront le droit d’abolir et de restructurer le gouvernement", menace-t-il..

Si on ne change pas le chemin que prend ce pays par le bulletin de vote, alors ce sera par les balles.

Steve, 27 ans, pro-Trump

franceinfo

Donald Trump, lui, se réserve le droit de saisir la justice en cas de résultat qu’il considérerait douteux. Pas de quoi apaiser les esprits pour le jour d’après.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.