La nouvelle stratégie nucléaire américaine n'est "pas révolutionnaire"

L'annonce de la nouvelle stratégie des Etats-Unis en matière d'arme nucléaire ne va pas changer grand chose car son usage "ne peut s'envisager que dans les circonstances les plus extrêmes" a analysé vendredi sur franceinfo le spécialiste Benjamin Hautecouverture.

Donald Trump le jour de son discours de l\'Union, le 30 janvier 2018, à Washington (Etats-Unis).
Donald Trump le jour de son discours de l'Union, le 30 janvier 2018, à Washington (Etats-Unis). (MANDEL NGAN / AFP)

Le premier document qui évoque la nouvelle stratégie en matière d’armement nucléaire des Etats-Unis n'est pas "révolutionnaire" a déclaré vendredi 2 février sur franceinfo Benjamin Hautecouverture, maître de recherche à la Fondation pour la recherche Stratégique (FRS). Dans son discours sur l'état de l'Union il y a trois jours, Donald Trump a promis de "moderniser et renforcer l'arsenal nucléaire des Etats-Unis" pour le rendre "si fort et si puissant qu'il dissuadera toute agression".

En appui de la déclaration du président américain, les autorités fédérales américaines doivent dévoiler vendredi la "2018 Nuclear Posture Review" qui précise la stratégie des États-Unis en matière d’armement nucléaire.

"Circonstances les plus extrêmes"

Dans le projet de document, dévoilé par le Huffington Post, Benjamin Hautecouverture relève que le secrétaire à la Défense James Mattis rappelle que, pour tout président en fonction, "l'usage de l'arme nucléaire ne peut s'envisager que dans les circonstances les plus extrêmes". Pour le spécialiste du nucléaire, "nous ne sommes pas dans un changement révolutionnaire". 

La question qui va se poser, c'est de savoir si les 'circonstances les plus extrêmes' sont toujours les mêmes.Benjamin Hautecouverture

Par ailleurs, le document annonce des bombes nucléaires moins puissantes. Elles pourraient donc être plus facilement utilisées. Pour Benjamin Hautecouverture, il s'agit là de répondre à la Russie : "En ayant un certain nombre de leurs têtes nucléaires océaniques, en particulier, de plus faible puissance, les Etats-Unis renforcent leurs capacités de dissuasion nucléaire face aux Russes."