Cet article date de plus de six ans.

Etats-Unis : le fils de Donald Trump reconnaît avoir rencontré une avocate russe pour nuire à Hillary Clinton

Donald Trump Jr. a confirmé les informations du "New York Times" et publié des e-mails sur Twitter. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP et Reuters
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min
Donald Trump Jr. lors de la convention nationale du Parti républicain à Cleveland (Ohio), le 19 juillet 2016.  (JIM WATSON / AFP)

Des e-mails et une rencontre compromettante. Le fils aîné de Donald Trump a publié préventivement sur Twitter, mardi 11 juillet, des messages électroniques montrant qu'il avait accepté, à l'été 2016, de recevoir l'aide du pouvoir russe. Objectif à l'époque : nuire à Hillary Clinton, sous la forme d'informations supposément compromettantes. Donald Trump Jr. a ainsi anticipé la parution d'un article du New York Times révélant ces éléments.

Voici ce qu'il faut retenir de ce nouveau rebondissement dans l'affaire de l'ingérence russe présumée dans l'élection présidentielle américaine.

Que contiennent ces e-mails ? 

Donald Trump Jr. a été contacté le 3 juin 2016 par une connaissance, Rob Goldstone, un agent représentant le chanteur russe Emin Agalarov, dont la famille est proche de celle de Donald Trump. Dans cet e-mail, Rob Goldstone indique que le procureur général de Russie a offert, via le père d'Emin Agalarov, de "donner à la campagne Trump des informations et documents officiels qui incrimineraient Hillary et ses transactions avec la Russie et qui seraient très utiles à votre père".

"Ce sont évidemment des informations de très haut niveau et sensibles, mais qui font partie du soutien de la Russie et de son gouvernement pour M. Trump", écrit Rob Goldstone, qui demande la marche à suivre et si le fils Trump serait prêt à parler à Emin Agalarov à ce propos.

"Je voyage en ce moment, mais peut-être que je peux parler à Emin d'abord, répond Donald Trump Jr. On dirait qu'on a un peu de temps et, si c'est ce que vous dites, j'adore (l'idée), surtout plus tard cet été."

S'ensuit un échange d'e-mails pour tenter de caler d'abord une conversation téléphonique entre Emin Agalarov et Donald Jr., puis un rendez-vous, le 9 juin 2016 à la Trump Tower.

Que s'est-il passé lors de la rencontre à la Trump Tower ? 

Donald Trump Jr. a rencontré l'avocate Natalia Veselnitskaya en compagnie du gendre du président Jared Kushner et de son directeur de campagne Paul Manafort. Le fils Trump a reconnu avoir été intéressé par l'obtention potentielle d'informations préjudiciables à Hillary Clinton, affirmant que n'importe qui aurait fait comme lui.

Mais il a précisé que, in fine, il n'était rien sorti du rendez-vous. "La femme, comme elle l'a dit publiquement, n'était pas une responsable gouvernementale", a déclaré Donald Jr. dans un communiqué, ajoutant qu'elle "n'avait pas d'informations à donner" et voulait parler des sanctions américaines contre la Russie. "Mon père ne savait rien" de cette rencontre, s'est-il empressé de souligner.

Il a publié mardi des échanges avec l'intermédiaire britannique ayant permis d'organiser la rencontre, juste avant que le New York Times ne les divulgue.

Quelles sont les réactions aux Etats-Unis ? 

Le président a salué la démarche de "transparence" de son fils. En revanche, le vice-président américain Mike Pence a pris ses distances avec le fils aîné de Donald Trump. "Il n'était pas au courant de la rencontre. Il ne s'intéresse pas non plus aux histoires concernant la campagne – surtout celles concernant l'époque avant qu'il ne rejoigne la campagne", a déclaré son porte-parole, Marc Lotter, dans un communiqué à MSNBC. 

La diffusion de ces mails a fait baisser quelque peu les marchés financiers américains.

Des commissions du Congrès et le procureur spécial Robert Mueller enquêtent actuellement sur les soupçons d'ingérence russe dans l'élection américaine et sur une éventuelle collusion de Moscou avec l'équipe Trump. Les Russes rejettent de telles accusations et Trump assure qu'il n'y a pas eu collusion.

Une source proche du Sénat déclarait mardi à l'agence Reuters que la commission des renseignements de la chambre haute souhaitait entendre Donald Trump Jr. et lui demandait de fournir certains documents.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.