États-Unis : BMW victime du protectionnisme

À la suite des mesures de protectionnisme voulues par le président américain, une taxe sur les voitures étrangères est notamment à l'étude. Une folie pour les géants de l'automobile. Reportage à Spartanburg (Caroline du Sud).

Une taxe sur les voitures étrangères est à l'étude outre-Atlantique. Mesures de protectionnisme voulues par Donald Trump oblige, elle pourrait prochainement voir le jour ce qui inquiète les géants de l'automobile. Parmi eux, l'Allemand BMW. Sa plus grande usine au monde se trouve aux États-Unis. À Spartanburg (Caroline du Sud), 10 000 employés produisent pas moins de 1 400 véhicules par jour.

Le coût de fabrication des véhicules pourrait grimper en flèche

L'usine fait vivre toute une région, mais depuis que Donald Trump menace de taxer les importations dans le secteur, les employés comme sous-traitants craignent d'en être les premières victimes. La marque allemande produit sur place quatre modèles de voiture. Huit milliards de revenu par an qui sont désormais aux premières loges de la guerre commerciale. Car pour produire tous ces véhicules, BMW doit importer un certain nombre de pièces de l'étranger. Ainsi, si Donald Trump met à exécution sa menace de taxer les importations, le coût de fabrication de ces véhicules pourrait grimper en flèche.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président américain, Donald Trump, lors d\'un rencontre avec l\'émir du Qatar, Sheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, à la Maison Blanche, mardi 10 avril 2018.
Le président américain, Donald Trump, lors d'un rencontre avec l'émir du Qatar, Sheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, à la Maison Blanche, mardi 10 avril 2018. (MARK WILSON / CONSOLIDATED / AFP)