Etats-Unis : 17 constructeurs autos demandent à Trump de ne pas abaisser les normes d'émissions de polluants

Même si les constructeurs ont encouragé Donald Trump à ses débuts à rendre les normes mises en place par l'administration Obama moins sévères, ils s'inquiètent désormais du zèle montré par l'administration pour les démanteler.

Un pick-up Ford lors d\'un salon de l\'automobile à Shanghai (Chine), le 5 novembe 2018. 
Un pick-up Ford lors d'un salon de l'automobile à Shanghai (Chine), le 5 novembe 2018.  (DYCJ / IMAGINECHINA / AFP)

C'est un comble : des entreprises symboles du libéralisme qui réclament aux autorités de moins déréguler. Dix-sept constructeur automobiles, dont Ford, General Motors, Toyota, Honda et Volkswagen, demandent officiellement à Donald Trump de ne pas abaisser les normes d'émissions de polluants comme il prévoit de le faire et de trouver un compromis avec la Californie, selon le New York Times (en anglais), dans son édition du 6 juin.

Les constructeurs font face, d'un côté, à une administration Trump qui veut abaisser les normes d'émissions pour aider l'industrie automobile et, de l'autre, à une Californie qui veut garder ses normes plus sévères. A l'exception notable de Fiat Chrysler, les industriels de l'automobile demandent "un compromis de bon sens", selon une lettre envoyée à la Maison Blanche et révélée par le quotidien.

Considérations judiciaires et non écologiques

Même si les constructeurs ont encouragé Donald Trump à ses débuts à rendre les normes mises en place par l'administration Obama moins sévères, ils s'inquiètent désormais du zèle montré par l'administration pour les démanteler. Mais cette lettre ne s'inscrit pas dans une démarche écologique. La crainte des constructeurs est en effet de voir la Californie et plus d'une douzaine d'autres Etats avoir recours à la justice pour empêcher la dilution des normes. Le résultat serait un marché automobile américain divisé et très compliqué à maîtriser en termes de prix et de gammes à proposer. Un cauchemar pour les constructeurs, qui dans la lettre mettent en garde contre "une longue période d'affrontements en justice et d'instabilité".

Une lettre similaire a été envoyée au gouverneur de Californie, plaidant également pour un compromis. Mais l'Etat le plus peuplé des Etats-Unis et la Maison blanche sont à couteaux tirés sur nombre de sujets, surtout ceux concernant l'environnement ou le changement climatique. Des discussions pour trouver un compromis, entamées l'année dernière, ont été stoppées en février par la Maison Blanche.