Donald Trump écarte la possibilité d'une interdiction des fusils d'assaut

Le président américain a en revanche affirmé qu'il soutenait l'adoption d'une loi qui empêcherait les personnes souffrant de troubles mentaux de pouvoir acquérir des armes.

Le président Donald Trump à la Maison Blanche, à Washington, le 7 août 2019.
Le président Donald Trump à la Maison Blanche, à Washington, le 7 août 2019. (CHRIS KLEPONIS / CONSOLIDATED NEWS PHOTOS)

"Il n'y a pas d'appétit politique pour le faire pour l'instant." Donald Trump a affirmé mercredi 7 août qu'il n'y avait pas assez de soutien politique pour interdire la vente de fusils d'assaut utilisés lors de trois fusillades qui ont endeuillé les Etats-Unis en moins de quinze jours.

Le président américain a en revanche affirmé qu'il soutenait l'adoption d'une loi qui empêcherait les personnes souffrant de troubles mentaux de pouvoir acquérir des armes. "Il est important de vérifier les antécédents. Je ne veux pas mettre des armes dans les mains de gens instables mentalement, ou de gens enragés, ou haineux, de gens malades. Je suis complètement pour" une telle législation, a-t-il déclaré aux journalistes à Washington, avant de partir sur les lieux de deux fusillades qui ont fait 31 morts les 3 et 4 août.

Deux jeunes tireurs ont, à moins de 13 heures d'intervalle, fait 22 morts à El Paso, au Texas, puis neuf à Dayton, dans l'Ohio. Avant ces tueries, un autre homme avait tué trois personnes à Gilroy, en Californie, le 28 juillet. Tous trois étaient armés de fusils d'assaut, facilement accessibles aux Etats-Unis.

Des médecins critiquent le président

"L'idée que la maladie mentale soit annonciatrice de comportements violents est insensée, a affirmé à l'agence Associated Press le docteur Louis Kraus, chef du département de psychiatrie médico-légale à l'école de médecine de l'université Rush à Chicago. La vaste majorité des violences par arme à feu ne sont pas imputables à la maladie mentale."

Des experts en santé mentale estiment que l'administration Trump élude le vrai problème : l'accès facile aux armes à feu, dont les plus dangereuses, qui ont été utilisées dans la plupart des récentes tueries. L'Association américaine de psychiatrie, l'Académie américaine de pédiatrie ainsi que quatre autres associations médicales ont diffusé une déclaration commune pour demander au président américain et au Congrès qu'ils désignent la violence par arme à feu comme une épidémie nationale de santé publique.