Des Finlandais se moquent de Donald Trump, qui les a cités en exemple sur leur gestion des incendies

Le président américain a salué leur "temps (passé) à ratisser et nettoyer et à faire des choses" dans la forêt. Les Finlandais lui répondent en postant sur les réseaux sociaux des photos les représentant avec un râteau.

Des Finlandais répondent à Donald Trump en utilisant le hashtag #Rakenews, après ses déclarations sur la prévention des incendies en Finlande.
Des Finlandais répondent à Donald Trump en utilisant le hashtag #Rakenews, après ses déclarations sur la prévention des incendies en Finlande. (ERJA KORHONEN / TWITTER)

Stupéfaction en Finlande. Les déclarations de Donald Trump citant en exemple le pays dans la prévention des feux de forêts ont provoqué l'hilarité de ses habitants. S'exprimant devant des journalistes ce week-end en Californie, où il se trouvait pour évaluer l'impact des incendies ayant dévasté cet Etat, Donald Trump a mis en cause le système local de gestion des forêts tout en affirmant que la Finlande détenait la solution.

Il a cité le président finlandais, qui lui aurait dit que ses concitoyens "passent beaucoup de temps à ratisser et nettoyer et à faire des choses (dans la forêt)"Problème : le président Sauli Niinisto a confié à l'édition dominicale du journal Ilta-Sanomat qu'il ne se souvenait pas d'avoir parlé de ratissage lors de sa rencontre avec Trump à Paris, une semaine auparavant. "Je lui ai dit que la Finlande était un pays couvert de forêts, mais que nous avions un bon système et réseau d'alerte".

#Rakenews

Les Finlandais ont répondu au président américain en postant sur les réseaux sociaux des photos les représentant avec un râteau, accompagnées du hashtag #rakenews (un jeu de mot entre "rake", râteau, et "fakenews", l'expression désignant les "fausses informations" prisée de Donald Trump).

Le chef des services d'intervention d'urgence de Finlande, Yrjö Niskanen, a estimé que Donald Trump faisait peut-être référence à l'enlèvement des branches mortes et des déchets, tout en soulignant que cela ne se faisait pas avec des râteaux et que ce bois était récupéré pour être transformé en source d'énergie.