Braconnage : les États-Unis relancent-ils le trafic de défenses d'éléphant ?

Donald Trump a décidé d'autoriser l'import de trophées de chasse, notamment ceux des safaris en Afrique.

Voir la vidéo
FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les deux fils Trump aiment la chasse. Et même, les safaris en Afrique. Léopards, buffles, antilopes, Éric et Donald junior adorent. Ils adorent aussi les éléphants et enragent de ne pouvoir rapporter ces trophées, comme une queue d'éléphant, à la maison. Désormais, ils le pourront ; papa a mis fin à l'interdiction d'importation de ces souvenirs de chasse décrétée par Barack Obama. Cela concerne notamment les éléphants du Zimbabwe (queue, pattes, tête, trompe, ivoire...).

En voie d'extinction

Mais ces pachydermes sont en danger. Il y en aurait moins de 500 000 désormais, leur population a chuté de 30% en 10 ans. La plupart des pays ont interdit la chasse aux éléphants et les importations d'ivoire. Les défenses trouvées chez les braconniers sont brulées. La décision de l'administration Trump a provoqué la colère des médias qui ne voient ici qu'une mesure de favoritisme familial. Trump se défend en précisant que ces safaris rapportent de l'argent, 50 000 dollars par éléphant, et envisage d'investir cet argent... Dans la protection des éléphants.

Un couple d\'éléphants au Zimbabwe. Les autorités américaines ont réautorisé les chasseurs à importer des trophées d\'éléphants tués dans ce pays.
Un couple d'éléphants au Zimbabwe. Les autorités américaines ont réautorisé les chasseurs à importer des trophées d'éléphants tués dans ce pays. (CHRISTIAN ENDER / PICTURE ALLIANCE / AFP)