Coronavirus : l'Allemagne confirme que Donald Trump a tenté d'acheter une entreprise travaillant sur un vaccin

Si ce laboratoire plaît autant au président américain, c'est qu'il affirme être "à quelques mois" d'un projet de vaccin. L'Allemagne a opposé une fin de non-recevoir.

Donald Trump, le président des Etats-Unis, le 14 mars 2020, à Washington.
Donald Trump, le président des Etats-Unis, le 14 mars 2020, à Washington. (JIM WATSON / AFP)

Après avoir qualifié le coronavirus de "virus européen", Donald Trump ne serait désormais pas contre s'offrir les services de chercheurs allemands qui travaillent actuellement à l'élaboration d'un vaccin. C'est en tout cas ce qu'affirme le quotidien allemand Die Welt (article en allemand), dimanche 15 mars.

Selon le journal, le président américain souhaite faire main basse sur le laboratoire CureVac, situé à Tübingen (Land de Bade-Wurtemberg), dans le sud-ouest du pays, en lui proposant une très grosse somme d'argent. Une information confirmée par le gouvernement allemand dans la foulée. "Je peux juste dire que j'ai entendu aujourd'hui, à plusieurs reprises, de la part de membres du gouvernement que c'est exact", a expliqué le ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer, lors d'une conférence de presse.

Ce dernier a d'ailleurs annoncé que le sujet serait abordé lundi par le "comité de crise" du gouvernement chargé de piloter la lutte contre l'épidémie de coronavirus, qui a touché à ce jour en Allemagne près de 5 000 personnes et fait 12 morts.

"A quelques mois" d'un projet de vaccin

Si ce laboratoire plaît autant à Donald Trump, c'est parce qu'il est un de ceux dans le monde qui travaillent sur un vaccin, en bénéficiant de subventions du gouvernement allemand. Il affirme être "à quelques mois" de pouvoir présenter un projet pour validation.

Selon le journal allemand, le président américain essaie donc d'attirer à coups de millions de dollars des scientifiques allemands travaillant sur ce potentiel vaccin ou d'en obtenir l'exclusivité pour son pays en investissant dans l'entreprise. Ce vaccin serait alors "seulement pour les Etats-Unis", a affirmé au journal une source proche du gouvernement allemand.

Le PDG du laboratoire a d'ailleurs été personnellement invité par le président américain le 3 mars à la Maison Blanche pour discuter "des stratégies et des opportunités visant à un développement rapide d'un vaccin contre le coronavirus", selon un communiqué rendu public par la société elle-même. Curieusement, la société CureVac a annoncé une semaine plus tard, le 11 mars, le départ surprise de ce PDG, sans donner de raison. C'est qu'entretemps la résistance s'est manifestement organisée côté allemand, et notamment au sein de l'entreprise concernée, face aux velléités américaines.