Climat : Pascal Canfin appelle Emmanuel Macron "à inscrire l'accord de Paris" dans "la Constitution"

Pour le directeur général de WWF France, Pascal Canfin, le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris "est un électrochoc et c'est un test mondial".

Pascal Canfin, directeur général de WWF France, le 2 juin 2017.
Pascal Canfin, directeur général de WWF France, le 2 juin 2017. (FRANCEINFO)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pascal Canfin, directeur général de WWF France, a appelé vendredi 2 juin sur franceinfo Emmanuel Macron à inscrire l'accord de Paris et ses objectifs dans la Constitution française en réaction à la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat. "C'est un électrochoc et c'est un test mondial" a réagi Pascal Canfin. "C'était déjà le cas avec l'élection de Donald Trump parce qu'il avait déjà programmé la sortie de l'accord de Paris. Le monde avait tenu bon. J'ai le sentiment que le monde tient bon une nouvelle fois".

"C'est un président minoritaire qui prend une décision minoritaire"

"Je suggère à Emmanuel Macron d'inscrire l'accord de Paris et ses objectifs dans la Constitution française. Il y a quelque chose qui doit nous lier au-delà des clivages, c'est le fait d'être tenu par ses objectifs qui sont notre bien commun.

Ce qui serait inscrit, c'est que la contribution de la France doit être alignée à l'effort collectif pour tenir les engagements que nous demandent les scientifiques.Pascal Canfin, directeur général de WWF Franceà franceinfo

"Ça ferait partie de notre identité collective politique diplomatique au 21e siècle. Si la France le fait, je suis persuadé que d'autres chefs d'Etat le feront également" a-t-il assuré.

Selon le directeur général de WWF France, "l'opinion américaine est favorable au fait de rester dans l'accord de Paris C'est un président minoritaire qui prend une décision minoritaire." Pascal Canfin estime que rien n'est joué et que le prochain président des Etats-Unis peut revenir sur la décision de Donald Trump, si ce dernier n'est pas réélu : "L'accord de Paris entre formellement en vigueur le 4 novembre 2020. La prochaine élection américaine, c'est le 4 novembre 2020. C'est une déclaration politique très négative qui peut, en quelques minutes, être défaite par le prochain président des Etats-Unis".