Attentats à Christchurch : Donald Trump estime que le suprémacisme blanc n'est "pas vraiment" une menace croissante

Il était interrogé après l'attentat qui a fait au moins 49 morts dans deux mosquées de Nouvelle-Zélande, qu'il a qualifié "d'horrible massacre".

Donald Trump s\'adresse à la presse, depuis la Maison Blanche, à Washington, (Etats-Unis), le 15 mars 2019.
Donald Trump s'adresse à la presse, depuis la Maison Blanche, à Washington, (Etats-Unis), le 15 mars 2019. (RON SACHS / CONSOLIDATED NEWS PHOTOS / AFP)

Pour lui, le terrorisme d'extrême droite lié à l'idéologie de la suprématie blanche n'est "pas vraiment" une menace en progression. Le président américain Donald Trump était interrogé vendredi soir à Washington après les attentats de Christchurch (Nouvelle-Zélande).  

De nombreux dirigeants à travers le monde ont exprimé leur tristesse et leur dégoût après cette double attaque, et Donald Trump lui-même a dénoncé un "horrible massacre". Il a également assuré que les Etats-Unis se tenaient aux côtés de la Nouvelle-Zélande (ajoutant même "Nous vous aimons, la Nouvelle-Zélande !").

Questionné sur une menace possiblement accrue représentée par les suprémacistes blancs à travers le monde, Donald Trump a ensuite répondu que, selon lui, ce n'était pas le cas. "Je pense qu'il s'agit d'un petit groupe de personnes qui ont des problèmes très, très graves", a-t-il précisé, comme le montre une vidéo publiée par le média américain Bloomberg.

Dans un manifeste qui lui est attribué, le tueur de Christchurch montre ses liens avec le suprémacisme blanc, une idéologie raciste qui considère la population blanche comme supérieure aux autres. Il y fait également l'éloge de Donald Trump, qu'il qualifie de "symbole du renouveau de l'identité blanche".