Cet article date de plus de trois ans.

Assassinat de JFK : Les dossiers secrets révélés

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Assassinat de JFK : Les dossiers secrets rendus publics
Article rédigé par
France Télévisions

L’intégralité des documents sur l’assassinat du président John F. Kennedy devaient être publiés le 26 octobre. Mais, sous la pression de la CIA et du FBI, Donald Trump a empêché la sortie de 209 d’entre eux

Les historiens, les adeptes de la théorie du complot et tous les autres fans de JFK attendaient ce moment depuis vingt-cinq : la publication de l’intégralité des documents sur l’assassinat du président Kennedy à Dallas le 22 novembre 1963. 

Trente ans après la mort de JFK, en 1992, George Bush et le Congrès américain promulguent une loi qui impose la création du fond National Archives qui regroupe tous les documents liées à l’assassinat et leur publication avant le 27 octobre.

 A l’origine : un film

 Devant la Chambre des représentants, l’élu Démocrate John Conyers déclarait à l’époque : « S’il n’y a rien à cacher, ouvrez les dossiers. Dans un événement d’une telle importance, garder des secrets est le plus grand des périls que peut connaître une société démocratique. »

 A l’origine de cette loi : le film d’Oliver Stone, JFK. Ce long métrage remet en cause la thèse officielle du tireur isolé, Lee Harvey Oswald. A sa sortie, il déchaîne les passions et alimente à nouveau toutes les théories du complot. Ce qui force à légiférer. 

Le 26 octobre, ce sont donc 2891 documents qui ont été publiés sur le site des National Archives sur les 3100 attendues. Les responsables du FBI et de la CIA  ont maintenant 6 moispour prouver que certaines informations doivent vraiment être tenues secrètes pour préserver « la sécurité de la nation », sinon l’ensemble des documents sera déclassifié. 

L’ensemble des documents conservés par le fond National Archives représente 5 millions de pages. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.