À la frontière entre Chine et Corée du Nord, le sommet entre Trump et Kim Jong-un provoque un boom immobilier

À quelques jours du sommet de Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un, les spéculateurs affluent à Dandong, la ville chinoise sur la frontière sino-nord-coréenne.

Madame Zhang montre la Corée du Nord visible depuis un complexe immobilier qu\'elle gère commercialement. 
Madame Zhang montre la Corée du Nord visible depuis un complexe immobilier qu'elle gère commercialement.  (Radio France/Dominique André)

C'est à Dandong que 70 % des échanges entre la Chine et la Corée du Nord transitent. Une ville sulfureuse, touchée par les sanctions de l’ONU, d’où partent les camions et les trains de marchandises pour la Corée du Nord. Les spéculateurs sont déjà là, ils investissent surtout dans l’immobilier et parient sur une ouverture économique de l’état ermite.

Un sommet historique qui fait saliver les investisseurs

À quelques encablures de la Corée du Nord, l’île de la lune sur la rivière Yalu appartient à la Chine. Ce confetti de luxe est relié à Dandong par un pont. Des écrans géants diffusent en boucle les images de Kim Jong-un et de Xi Jinping, du Sud-Coréen Moon Jae-In, et de Donald Trump. Le dictateur nord-coréen et le président américain doivent se rencontrer à Singapour le mardi 12 juin.

Le pont qui relie Dandong à l\'île de la lune.
Le pont qui relie Dandong à l'île de la lune. (Radio France/Dominique André)

Les pourparlers en cours ont fait grimper les prix de l’immobilier affirme Madame Zhang, la responsable commerciale d’une résidence de 1000 appartements. Elle nous emmène visiter au 18e étage un appartement de trois pièces, avec vue plongeante sur l'état ermite. "En face, c'est Sinuiju, la deuxième plus grande ville de la Corée du Nord. Pyongyang est la capitale, comme Pékin. Sinuiju est la ville économique, comme Shanghai. Pourquoi la situation géographique de nos appartements est excellente ? Parce que, en face, c'est la zone nord-coréenne la plus prospère. Si l'économie se développe, dans dix ans on imagine que la Corée du Nord sera comme ici. En 20 ans de réforme et d'ouverture économique de la Chine, on s'est rendu compte de la réussite !"

Un bateau chinois longe la rive nord-coréenne sur la rivière Yalu.
Un bateau chinois longe la rive nord-coréenne sur la rivière Yalu. (Radio France/Dominique André)

"Embrasser le capitalisme"

La Corée du Nord est plus petite que la Chine et la population est moins nombreuse. Elle se développera donc encore plus rapidement, estime Madame Zhang. Les spéculateurs sont arrivés. Nous croisons dans l’agence cet investisseur sud-coréen qui négocie l’achat d’un tiers des appartements, et veut rester discret. "J'ai l'intention d'acheter 300 appartements ici. Dandong sera la zone économique où a débuté l’ouverture de la Chine. Elle est devenue le centre de toutes les attentions pour les Japonais, les Sud-Coréens, les étrangers, surtout les Chinois résidant en Corée du Sud. Une fois que les sanctions, les problèmes politiques de la Corée du Nord seront réglés, Dandong va se concentrer à développer l'économie."

Mr Li, lui, n’est pas un spéculateur, mais un ancien ouvrier chinois qui a été l’un des premiers à acheter sur l’île de la lune. Une très bonne affaire. "J’ai entendu que le prix du mètre carré actuel a grimpé à 14 000 yuans, environ 2000 euros. J’avais payé 8000 yuans, un peu plus de 1000 euros le mètre carré, en 2016."

Les spéculateurs sont en poste sur la frontière, prêts à bondir sur la Corée du Nord pour laquelle Kim Jong-un aurait l'intention de mettre en œuvre un programme, embrassant le capitalisme et le communisme, une sorte de modèle à la chinoise.