Cet article date de plus de sept ans.

La CIA admet le piratage embarrassant d'e-mails personnels de son directeur

WikiLeaks a mis en ligne des documents présentés comme venant du compte personnel de John Brennan.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le directeur de la CIA, John Brennan, le 7 avril 2015. (GRETCHEN ERTL / REUTERS)

C'est embarrassant. La CIA a admis mercredi 21 octobre le piratage des e-mails personnels de son directeur, John Brennan, après la publication par WikiLeaks de documents présentés comme venant de son compte personnel. "Il n'y a aucune indication que les documents publiés jusqu'à maintenant soient classés confidentiels", a réagi la CIA dans un communiqué. L'agence dénonce "le piratage du compte de la famille Brennan (qui) est un délit" et qui a été réalisé avec des "intentions malveillantes".

L'organisation WikiLeaks a publié mercredi six documents censés provenir de la boîte e-mail personnelle du chef des espions américains. Les documents datent de 2007 à 2009, soit avant sa prise de fonction en 2013 à la tête de la CIA. "Aujourd'hui, 21 octobre 2015, et pendant les prochains jours, WikiLeaks va publier des documents venant de l'une des boîtes e-mail non gouvernementales du chef de la CIA, John Brennan", a prévenu l'organisation sur son site internet.

Le chef des espions américains "a utilisé ce compte occasionnellement pour des projets liés au renseignement", affirme WikiLeaks. Parmi les documents publiés mercredi : un questionnaire d'une cinquantaine de pages censé avoir été rempli par John Brennan en 2008, lors d'un processus de vérification de ses antécédents pour être autorisé à accéder à des informations sensibles.

Les coordonnées de plusieurs proches

A cette époque, John Brennan travaillait pour le secteur privé, selon la biographie publiée par la CIA. WikiLeaks affirme pour sa part qu'il était alors à la tête d'une société spécialisée dans le renseignement, The Analysis Corporation (TAC). Le questionnaire, non-censuré, contient une multitude d'informations personnelles ainsi que les coordonnées de plusieurs proches, dont un numéro attribué à George Tenet, directeur de la CIA entre 1997 et 2004. Ce dernier semble être toujours valable : il a été composé par l'AFP et une femme a répondu que George Tenet ne parlerait pas à la presse.

WikiLeaks a également mis en ligne deux documents émanant de débats parlementaires sur la torture et datés de 2008. Le premier est une copie d'une proposition de loi examinée à l'époque au Sénat et listant les pratiques à interdire, comme la simulation de noyade (waterboarding). Le second est une lettre attribuée à un responsable d'une commission parlementaire appelant à interdire certaines techniques d'interrogatoire. On trouve également un fax datant de 2008 détaillant un litige judiciaire opposant la société TAC à la CIA.

Cette publication survient quelques jours après qu'un pirate informatique se présentant comme un adolescent américain a affirmé au tabloïd New York Post avoir pénétré dans la boîte e-mail personnelle du directeur de la CIA.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.